Le gouvernement veut préserver les récifs coralliens des produits chimiques

La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson va charger l'Agence nationale de sécurité de l'alimentation et de l'environnement (Anses) d'identifier les substances toxiques.

20% des récifs coralliens dans le monde sont irrémédiablement détruits.
20% des récifs coralliens dans le monde sont irrémédiablement détruits. (ALEXIS ROSENFELD / ALEXIS ROSENFELD)

La France veut s'engager pour protéger les coraux, menacés par les déchets et les substances chimiques dans 11 des 13 territoires d'outre-mer français. Brune Poirson a profité mercredi 1er août d'une visite à l'aquarium tropical de Paris pour annoncer le nouveau cheval de bataille de son ministère : "Il y a seulement trois pays dans le monde qui ont plus de récifs coralliens que nous, or ces récifs nourrissent 500 millions de personnes. C'est vital, c'est pour ça qu'on veut faire plus pour comprendre ce qui menace ces coraux", a ajouté la secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire.

Une étude début 2019 pour identifier les substances nocives

Le gouvernement a donc demandé à l'Agence nationale de sécurité de l'alimentation et de l'environnement (Anses), d'identifier précisément quelles substances nuisent aux coraux. "On sait qu'ils sont menacés par certaines substances chimiques contenues dans des produits de grande consommation comme, par exemple, les crèmes solaires", affirme Brune Poirson. "Cette étude va rendre ses conclusions au premier trimestre 2019, puis nous prendrons des mesures réglementaires qui s'imposent pour protéger les récifs coralliens de façon volontariste."

Un engagement salué par Dominique Duchet, le directeur de l'aquarium tropical de Paris, qui consacre en ce moment une exposition aux récifs coralliens : "Je trouve tout à fait naturel que la France, compte tenu de sa position, notamment avec les territoires d'outre-mer et ultramarins que nous avons, puisse jouer ce rôle et soit un petit peu moteur."

Les récifs coralliens sont l'habitat d'un quart des espèces de poissons dans le monde. Or aujourd'hui, 20% d'entre eux sont irrémédiablement détruits.