Les sujets du jour
Benjamin GriveauxCoronavirusRéforme des retraitesPiotr PavlenskiElections municipales 2020

"Le bilan carbone de la France ne se joue pas ici" : la station de ski de Superbagnères dépassée par la polémique de la neige livrée par hélicoptère

Des skieurs à pied, sur le chemin entre la télécabine de Luchon (Haute-Garonne) et les pistes de Superbagnères, le 18 février 2020. (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

L'héliportage de neige pour entretenir deux téléskis de la station de Superbagnères a déclenché un tollé national et entrainé la convocation, jeudi, du président du département au ministère de la Transition écologique et solidaire. Franceinfo s'est rendu sur place pour interroger commerçants et vacanciers.

Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

"Ces gens-là, c'est faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais !" Au comptoir du Super-G, Jean-Eric Ferré vide son sac devant un journaliste de passage et un touriste venu boire le café en attendant la fin de la leçon de ski de ses enfants. "Notre cher président, quand il va à la Mer de Glace, c'est l'avion, puis 50 bagnoles qui arrivent depuis Paris. La ministre de l'Ecologie, quand elle prend l'avion pour une visite, ça pollue pas peut-être ?" s'emporte le gérant de cet hôtel-restaurant de Superbagnères (Haute-Garonne). On n'ose l'interrompre pour rappeler les vacances d'Elisabeth Borne à Marrakech (Maroc) cet hiver. Pas plus courageux que nous, le client acquiesce et règle sa consommation sans demander son reste.

Cette colère est à la mesure de l'incompréhension du commerçant. En filmant un hélicoptère chargé de neige au-dessus de la station de ski, le 14 février, il ne s'attendait pas à déclencher une polémique nationale. Envoyées à France 3 Occitanie, les images ont vite circulé sur les réseaux sociaux, certains internautes y voyant un symbole de l'absurdité des comportements humains face au changement climatique. Dans un paysage de montagnes nues et alors que le thermomètre affiche 11 °C à 1800 mètres d'altitude en plein hiver, des filets de neige fraîche sont acheminés par l'un des moyens de transport les plus polluants.

Restée silencieuse, fin décembre, sur des faits similaires dans les Alpes, la ministre de la Transition écologique et solidaire condamne cette fois-ci l'initiative prise par le syndicat public qui gère la station, reprise en 2017 par le conseil départemental de Haute-Garonne. Le président de ce conseil, Georges Méric, est convoqué jeudi 20 février au ministère.

"Qu'on ait des critiques, je m'y attendais, mais que cela monte aussi haut…" Christian Mathias est un peu fatigué de devoir encore s'expliquer devant un journaliste. "Cette action a été réfléchie. Je ne me suis pas levé un matin en me disant 'je vais faire tourner un hélico pour le plaisir'. Nous vivons un hiver particulier et difficile", expose le directeur de la station. Peu de chutes de neige, des températures trop douces pour activer les canons, un retard dû à des travaux… La station n'a ouvert que le 19 janvier et un mois plus tard, seules six des 28 pistes sont praticables. "L'hiver n'est pas arrivé ", résume Christian Mathias.

"On aurait perdu 80% de la clientèle"

Alors, lorsque le directeur de l'ESF a donné l'alerte, au début des vacances de février, la station a déployé les grands moyens. "J'ai vite vu que les pistes de montée de nos deux téléskis pour débutants ne tiendraient pas", raconte Michel Pradère, patron de l'école de ski locale depuis 22 ans. Usés par le passage de centaines d'enfants chaque jour, ces deux couloirs menacent d'être rendus à l'herbe, en pleines vacances scolaires de la zone toulousaine. "Si on avait fermé ces pistes, on aurait perdu 80% des gens sur le mois de février, au cœur de notre saison", poursuit le moniteur.

Le directeur de la station Superbagnères (Haute-Garonne), Christian Mathias, le 18 février 2020. (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

Décision est prise de faire appel à un hélicoptère pour aller chercher 50 tonnes de neige, un peu plus haut dans la station, sur le pic de Céciré. L'appareil a décollé d'Ancizan (Hautes-Pyrénées), pour deux vols de 55 minutes et 1h03. Montant de la facture : 5000 euros. "Une opération rapide, efficace, décisive", apprécie Christian Mathias. D'autres rotations étaient prévues, mais la polémique a tout arrêté, selon nos informations. "La ministre commence à convoquer tout le monde. Il y a quand même un petit peu le feu", euphémise notre source. Après la publication de cet article, le conseil départemental a démenti "catégoriquement" cette version.

Des vacanciers compréhensifs

Derrière le Super-G, deux jeunes enfants s'affairent dans l'herbe autour d'un bonhomme de neige teinté de boue. En contrebas, leurs aînés enchaînent les tours de la piste Baby, au téléski fraîchement enneigé. L'œil rivé sur les débuts de son petit-fils de 9 ans, Emmanuel, 59 ans, savoure. Venu du Val-d'Oise, il a eu peur pour sa semaine de vacances en arrivant à Bagnères-de-Luchon, la ville du fond de la vallée, reliée à la station par des œufs. "Quand j'ai vu qu'il n'y avait pas un brin de neige, je me suis dit, 'merde'", confie le Francilien. S'il estime qu'il "vaut mieux ne pas le faire", il considère que "c'est pas trois tours d'hélico qui vont vraiment ajouter un peu plus de pollution, il ne faut pas abuser".

Un bonhomme de neige au pied des pistes, le 18 février 2020 à Superbagnères (Haute-Garonne). (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

Un avis partagé par la majorité des vacanciers rencontrés. L'ESF, qui accueille 1 300 élèves par jour, n'a enregistré que deux annulations, de parents "philosophiquement contre" ces héliportages. "Les gens qui critiquent devraient regarder ce qu'ils consomment", estime Pierre, un Nantais de 39 ans, en s'en prenant à "ceux qui partent dans les îles". Christelle, 40 ans, est plus mesurée : "L'info brute, elle choque, avec tout ce qu'on sait sur le réchauffement climatique." Mais "ils ont juste fait une opération courte, très localisée. Il y a vraiment des choses à remettre en cause avant ça, ça fait quand même travailler des gens", estime cette mère de famille venue de Touraine.

Les commerçants soulagés

Sa loueuse de ski confirme. "L'hélico, c'est très bien", pour Sophie Mettayer, propriétaire du magasin Locaskis depuis neuf ans. Entre deux conseils aux quelques clients de son petit commerce, elle raconte une saison "catastrophique", qui s'ajoute aux difficultés de l'année précédente, marquée par la crise des "gilets jaunes". "Je ne suis pas sûre d'être encore là l'année prochaine. J'en suis à 90-95% de perte", calcule-t-elle, la voix nouée. Derrière nous, une grand-mère répète le chiffre à haute voix, médusée. Si elle a "encore envie d'y croire", Sophie Mettayer envisage déjà un autre métier. "Je suis veuve avec deux enfants, il faut que je travaille", explique-t-elle.

Une skieuse à Superbagnères (Haute-Garonne), le 18 février 2020. (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

Les restaurateurs sont aussi à la peine. "On a loupé décembre et on passe un peu à côté de février. J'en suis à 50% de chiffre d'affaires en moins", calcule Pascal Bondeau, gérant de l'établissement La Plète. A la tête du collectif des commerçants de la station, qui représente 350 emplois, il est allé taper à la porte du conseil départemental début février pour demander de l'aide. Une démarche qui a sans doute pesé au moment de décider de l'héliportage. "On a soutenu à 100% cette décision", appuie Pascal Bondeau, un peu surpris qu'on vienne chercher des poux à la station sur ce point. "Les stations de ski n'ont jamais rien eu d'écolo. Il y a des voitures qui montent toute la journée et les dameuses ne sont pas électriques". En 2010, on pouvait lire dans l'une des rares études sur le bilan carbone des stations de ski que l'entretien des pistes ne pesait que 2% des émissions de gaz à effet de serre, bien loin des 57% du transport des vacanciers vers les stations.

"Pendant le Tour de France, c'est trois semaines non-stop"

Comme beaucoup ici, il ne comprend pas cette mobilisation contre l'hélicoptère, utilisé quotidiennement en montagne, été comme hiver, pour des chantiers, des ravitaillements de refuge et de bergerie, des opérations de sauvetage ou de prévention des avalanches. "Il y a eu 20 rotations, pendant deux fois une heure. Les hélicoptères qui encadrent le Tour de France, c'est trois semaines non-stop, alors arrêtons", tempête Julie Casat, loueuse de ski. La célèbre course cycliste est une habituée de la vallée. "Le bilan carbone de la France ne se joue pas à Luchon Superbagnères", résume le directeur de l'ESF Michel Pradère.

Depuis les Alpes où est basée son entreprise, Christian Blugeon est aussi surpris par les critiques. C'est l'une de ses machines, un Ecureuil B3E basé à Ancizan, qui a assuré l'héliportage. "Cela fait 25 ans que l'on fait cela. Quand j'ai commencé ma carrière, à la fin des années 1980, je me souviens qu'on était cinq-six machines pour enneiger la piste d'une course de ski", raconte le pilote. Ancienne, la méthode ne représente qu'une toute petite partie de l'activité de ce spécialiste de l'héliportage à l'élingue.

Un hélicoptère dépose de la neige, le 15 février 2020 à Superbagnères (Haute-Garonne). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Selon lui, 400 litres de JET A, un carburant à base de kérosène, ont été nécessaires pour ces deux vols. "En empreinte carbone, ça va pas représenter grand-chose", assure-t-il. Il n'existe pas de moyen simple de calculer les émissions de gaz à effet de serre d'un hélicoptère. Le calculateur de la Direction générale de l'aviation civile permet tout de même de constater que ces 400 litres représentent près de 15 fois la quantité de carburant consommée par passager sur un vol Paris-Toulouse, soit environ 1,23 tonne de gaz à effet de serre (GES). Selon l'Ademe, un Français émet en moyenne neuf tonnes de GES par an.

"Est-ce que ça en vaut la chandelle ?"

Cette histoire navre Bastien Hô, responsable de la section ouest d'Europe-Ecologie-Les Verts dans le département. S'il comprend la détresse des commerçants, il s'étonne que la station, malmenée par le réchauffement climatique, réponde en utilisant un outil qui alimente le phénomène. "On ne parle pas de sauver des vies, ici. Utiliser un moyen qui contribue au réchauffement climatique pour du loisir, est-ce que ça en vaut la chandelle ?" s'interroge-t-il. Pointant au passage "l'aberration" de la consommation énergétique des canons à neige, il milite pour une reconversion des stations de ski pyrénéennes.

Un cours de ski, le 18 février 2020 à Superbagnères (Haute-Garonne). (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

"On n'est pas con. Bien sûr qu'il y a un réchauffement, on le voit. Mais de la neige, il en tombera encore", réplique Christian Mathias, en assurant qu'un tel hiver s'était déjà produit en 1989. S'il reconnaît la nécessité de s'adapter, en diversifiant les activités proposées comme la politique des stations "4 saisons" le prévoit, le directeur de Superbagnères estime que les vallées "ne peuvent pas vivre sans les saisons de ski". "On peut se préparer, mais on a encore de belles années devant nous, veut croire Michel Pradère, de l'ESF. Quand on est moniteur de ski, on ne peut pas du jour au lendemain aller vendre des crêpes sur le marché."

Attablé dans son restaurant, Pascal Bondeau vante les mérites d'une machine "développée par les Chinois ou les Japonais", qui fabriquerait "de la neige à partir de 3 °C". Peut-être rassuré par cette perspective, il affiche son optimisme. "Avec les investissements qui sont faits et les travaux, je pense que l'avenir est radieux ici, s'il tombe de la neige en novembre et que les températures sont négatives, confie-t-il, avant de glisser : mais s'il ne fait plus froid, pauvre de nous". Pour le week-end à venir, le mercure devrait afficher 13 °C sur le plateau de Superbagnères, à 1800 m d'altitude.