INFOGRAPHIE. "Jour de dépassement" : depuis 50 ans, l'humanité dépasse de plus en plus tôt les limites des ressources de la Terre

Le "jour du dépassement" est fixée cette année au lundi 29 juillet. A partir d'aujourd'hui, l'humanité vit "à crédit" de la Terre.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La Terre vit désormais à crédit. Nous sommes lundi 29 juillet et l'humanité a consommé autant de ressources naturelles que ce que la planète peut renouveler durant l'année entière. Comme chaque année, la date du "jour de dépassement" est calculée par l'ONG Global Footprint Network, dont l'analyse prend notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources utilisées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction ou encore l'utilisation de l'eau. Et cette année, cette date symbolique est fixée le 210e jour de l'année... Soit 100 jours plus tôt qu'il y a 40 ans !

Une date symbolique fixée cinq mois plus tôt qu'en 1970

En 2018, le "jour de dépassement" mondial était atteint le 1er août. En 1970, c'était le 29 décembre, soit à la toute fin de l'année... Depuis 1982, ce jour symbolique survient toujours plus tôt dans l'année. Franceinfo a représenté cette évolution dans ce graphique.

Selon les calculs du Global Footprint Network, il faudrait 1,75 Terre pour tenir le rythme de la consommation mondiale de ressources. Mais alors, comment pouvons-nous continuer à vivre sur Terre ? Ce "dépassement" est possible dans la mesure où nous grignotons le capital naturel de notre planète, amenuisant d'autant sa capacité régénérative future.