Google et YouTube privent les contenus climatosceptiques de recettes publicitaires

Cette nouvelle règle touchera ceux qui nient le changement climatique ou le fait que l'activité humaine y contribue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un logo de YouTube sur la facade du YouTube Space, un studio de production de vidéos, à Los Angeles (Etats-Unis) le 21 novembre 2019. (ROBYN BECK / AFP)

Le moteur de recherche Google et sa plateforme de vidéos en ligne YouTube changent leurs règles pour lutter contre le climatoscepticisme. Les publicités qui "contredisent le consensus scientifique bien établi autour de l'existence et des causes du changement climatique" ne seront plus diffusées par Google, numéro 1 de la publicité en ligne. Et les vidéos qui défendent de telles idées n'auront plus le droit d'afficher de la publicité, privant leurs créateurs d'importants revenus.

Le règlement s'applique aux messages qui définissent le changement climatique comme une affabulation ou une arnaque, ceux qui nient que le climat est en train de se réchauffer sur le long terme ou que les émissions de gaz à effet de serre et l'activité humaine contribuent à cette réalité.

Des restrictions déjà appliquées sur d'autres sujets

Google a présenté cette décision moins comme une prise de position que comme un geste pour leurs clients : "Les annonceurs ne veulent tout simplement pas que leurs pubs apparaissent à côté de ce genre de contenus. Et les éditeurs et créateurs ne veulent pas d'annonces qui font valoir ces affirmations sur leurs pages ou vidéos".

Le groupe californien restreignait déjà la publicité adossée à certains sujets sensibles, comme des vidéos sur les armes à feu ou des événements tragiques.

Facebook, qui le talonne sur le marché de la pub en ligne, communique régulièrement sur ses efforts pour enrayer la désinformation climatique mais n'a pas de telle interdiction en place sur ce sujet.

YouTube s'était vu reprocher à de nombreuses reprises d'offrir une audience de millions d'usagers à des vidéos niant le changement climatique, notamment par l'ONG Avaaz en janvier 2020. Elle a réagi jeudi : "La décision importante de Google de démonétiser la désinformation climatique pourrait inverser le cours de l'économie du climatoscepticisme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.