GIEC : l'homme, principale cause du réchauffement climatique

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a remis son rapport ce vendredi à Stockholm. Il confirme la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique et prédit une élévation de température à la surface du globe comprise entre 0,3 et 4,8° en 2100. Le niveau des mers pourrait monter de 26 à 82 cm.

(Carlos Barria Reuters)

C'est un scénario compris entre deux bornes assez éloignées que le Groupe d'experts indépendants sur l'évoltion du climat, le GIEC, vient de livrer ce vendredi matin à Stockholm. Mais si le rapport laisse ouvertes plusieurs hypothèses sur l'ampleur du réchauffement climatique en 2100, il ne laisse en revanche aucun doute sur sa réalité, ni sur son principal responsable : l'homme.

Les experts qualifient d'"extrêmement probable " le fait que l'influence
humaine est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle, ce qui équivaut à 95 % de certitude dans la terminologie très précise du rapport. Dans son dernier rapport, en 2007, cette certitude était de 90 %.

De plus en plus d'épisodes météo violents

Dans son scénario le plus optimiste, le GIEC voit la Terre se réchauffer de 0,3° supplémentaires par rapport aux températures 1986-2005. Au pire, il fera en moyenne 4,8° de plus sur notre planète d'ici 2100 selon les calculs des experts. Tout dépendra en fait de la quantitié de gaz à effets de serre émise durant les prochaines décennies. Cette évolution devrait s'accompagner, comme c'est déjà la cas, par une fréquence accrue des phénomènes météorologiques violents.

Le GIEC revoit aussi à la hausse ses prévisions sur la montée des eaux. Les scientifiques estiment désormais qu'elle peut monter en moyenne de 26 à 82 cm d'ici 2100 contre 18 à 59 cm dans le rapport 2007. Les climatologues prennent désormais mieux en compte un phénomène encore insuffisamment étudié il y a 6 ans : un écoulement dans les océans des glaciers côtiers du Groenland et de l'Antarctique.

Les principales ONG qui défendent l'environnement, comme Greenpeace,
Oxfam, WWF et les amis de la Terre ont publié un communiqué commun suite
au rapport : "Après 25 ans de rapports par le Giec, la vérité qui
dérange est confirmée: le changement climatique est réel, il se produit à
un rythme alarmant et les activités humaines, principalement la
combustion, le provoquent
", écrivent-elles. Elles appellent à entamer d'urgence une transition vers les énergies renouvelables.