Episode de gel : "À peu près la moitié des vignes sont touchées", selon le président de l'Interprofession des Vins Bergerac Duras

La France a connu une vague de froid intense en ce début du mois d'avril et de nombreuses cultures ont été touchées par le gel.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Illustration vague de froid dans le sud-ouest. (DAVID THIERRY / MAXPPP)

"À peu près la moitié des vignes sont touchées", a déclaré Eric Chadourne, président de la Fédération et de l'Interprofession des Vins Bergerac Duras, sur franceinfo lundi 4 avril. De nombreuses cultures ont été touchées par le gel ce week-end en France, "surtout dans la nuit de samedi à dimanche où on a eu -5°C pendant quatre heures", explique le viticulteur qui est situé à Creysse en Dordogne. Dimanche, le Premier ministre Jean Castex a promis des aides pour les agriculteurs touchés par cette vague de froid. "Quand vous êtes à -5°C, on ne peut rien contre la nature. Ce sont d'énormes masses d'air froid et c'est quasiment impossible de lutter", assure le viticulteur.

franceinfo : Avez-vous été fortement touché par le gel ?

Eric Chadourne : À peu près la moitié des vignes sont touchées. On est tous à peu près pareil. On a anticipé mais ce qui est compliqué c'est que la température est vraiment descendue bas. Quand vous êtes à -5°C on ne peut rien contre la nature. Tous les bourgeons qui étaient sortis ont été brûlés par le gel, surtout dans la nuit de samedi à dimanche où on a eu -5°C pendant quatre heures.

Qu'en est-il de vos vignes ?

Tout le vignoble est touché, soit 12 000 hectares. Ce sont des variétés précoces qui sont touchées, principalement le Merlot, les variétés plus tardives comme le Cabernet, le Sauvignon, ont été préservés. On va attendre la repousse de la vigne. Dans trois semaines, un mois, on y verra plus clair. On sait que le potentiel de production est touché, donc on part avec un handicap. On espère que les conditions climatiques seront favorables toute la saison pour optimiser le cycle végétatif, mais rien n'est moins sûr.

Quels systèmes avez-vous mis en place pour lutter contre le gel ?

J'ai une tour antigel depuis cette année qui a fonctionné quasiment deux nuits d'affilée. C'est une forme d'éolienne qui brasse de l'air chaud en hauteur par rapport à l'air froid qui est en bas. La difficulté c'est que je ne peux pas encore évaluer son efficacité. Il y a des bourgeons qui ont été préservés mais c'était trop froid. On a mis en place des brûlages pour faire des écrans de vapeur d'eau mais ça n'a pas fonctionné, il faisait trop froid.

Comment se fait-il que ces systèmes n'aient pas été très efficaces ?

C'est lié à la nature du gel. Ce sont de grosses masses d'air froid qui arrive du Nord, de Scandinavie, c'est tellement énorme que rien ne peut lutter. Habituellement quand on a une gelée de printemps c'est plutôt le rayonnement de la Terre qui refroidit au niveau du sol. Là, ce sont d'énormes masses d'air froid et c'est quasiment impossible de lutter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.