Écologie : la fin des terrasses chauffées à Rennes

Depuis que la mairie de Rennes a interdit les terrasses chauffées, la mesure fait débat. Certains professionnels disent avoir perdu des clients.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Terminé le petit café bien au chaud. La ville de Rennes se veut exemplaire en matière d'écologie : elle interdit tous les chauffages de terrasse, qu'ils soient au gaz ou électriques. Selon une étude, le bilan carbone d'un espace équipé de quatre braseros au gaz allumés pendant 8 heures est équivalent à celui d'un trajet de 350 km en voiture. Même si une majorité de Français considère que ces installations sont trop énergivores, un sur trois seulement est favorable à leur interdiction.

30% du chiffre d'affaires des cafés et restaurants

À Paris, certains clients raffolent même de ces lieux équipés. Problème : les 12 500 terrasses chauffées de la capitale consommeraient autant d'électricité qu'une ville comme Rennes. Alors faut-il les supprimer ? Pas si simple, elles représentent 30% du chiffre d'affaires des cafés et restaurants et sont donc une source d'emploi. La solution : la bonne vieille couverture. Les Allemands l'ont adoptée depuis plus de dix ans.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

La place du Parlement à Bordeaux, le 7 août 2019.
La place du Parlement à Bordeaux, le 7 août 2019. (PHILIPPE ROY / AFP)