DIRECT. Sommet pour le climat : soutenir les énergies fossiles, c'est "investir dans notre perte", déclare le secrétaire général de l'ONU

Avant de parler au One Planet Summit à Paris, Emmanuel Macron a réclamé ce matin dans la presse une "mobilisation beaucoup plus forte" pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Les chefs d\'Etat au début du One Planet Summit, à La Seine musicale de l\'île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 12 décembre 2017.
Les chefs d'Etat au début du One Planet Summit, à La Seine musicale de l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 12 décembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron tente une nouvelle fois de relancer la cause climatique. Le président français, qui a réclamé ce matin dans la presse une "mobilisation beaucoup plus forte" pour la lutte contre le réchauffement climatique, s'exprime, mardi 12 décembre. Il prend la parole devant plusieurs dizaines de dirigeants au One Planet Summit, sur l'île Seguin à l'ouest de Paris. Ce nouveau sommet a pour objectif de donner un coup d'accélérateur au financement de la lutte contre le changement climatique

 "Un défi immense." Il s'agit d'un "défi immense" deux ans après la signature de l'Accord de Paris, a déclaré le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, président de la 23e Conférence de l'ONU sur le climat (COP23).

 Plusieurs discours au programme. Avant l'intervention d'Emmanuel Macron prévue vers 15h30, plusieurs personnes doivent s'exprimer à partir de 14 heures, notamment Arnold Schwarzenegger, Nicolas Hulot et Marion Cotillard.

 Emmanuel Macron souhaite un "choc". Le président français a réclamé dans Le Monde une "mobilisation beaucoup plus forte" pour le climat et un "choc dans nos modes de production".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CLIMAT

16h27 : Lors d'une interview accordée à la chaîne américaine CBS, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a refusé de renégocier l'accord entériné en 2015 pour lutter contre le réchauffement climatique. "Si nous décidons de ne pas avancer, de ne pas opérer de changements dans nos habitudes de production et nos comportements dans nos investissements, nous serons responsables de milliards de victimes", a-t-il alerté.


(CBS / EVN)

16h23 : Jim Yong Kim évoque le développement d'un projet géothermique en Indonésie. Un fonds va financer l'exploration de projets géothermiques dans le pays. Au total, le projet a récolté quatre milliards de dollars de financements privés. Le président de la Banque mondiale parle également du programme des villes résilientes, capables d'affronter les risques naturels.

16h21 : Jim Yong Kim, le président de la Banque mondiale, prend à son tour la parole. "Les pays en développement n'ont aucun doute : ils savent que le changement climatique est une réalité", explique-t-il.

16h19 : "L'âge des combustibles fossiles n'est pas terminé, nous devons y mettre un terme. Nous devons investir pour l'avenir." "La tarification du carbone concerne déjà des activités qui représentent 13% du PIB mondial. (...) Le train du climat n'attend pas. Embarquement immédiat, il n'y a pas de plan B."

16h19 : "L'âge des combustibles fossiles n'est pas terminé, nous devons y mettre un terme. Nous devons investir pour l'avenir."

16h15 : Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, prend désormais la parole lors du One Planet Summit, le sommet de Paris pour le climat.




(STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

16h12 : "Ce que nous devons faire dans les heures qui viennent, c'est très concrètement, chacune et chacun, expliquer les engagements que nous prenons. (...) Nous suivrons cet engagement, les uns et les autres. Tout cela sera suivi, évalué, vérifié. Ce que nous entamons aujourd'hui, c'est le temps de l'action, parce que l'urgence est devenue permanente."

16h09 : "On ne va pas assez vite. Et c'est ça le drame. Ça n'a rien à voir avec ce à quoi on s'est engagé. (...) On doit tous bouger, parce qu'on aura tous à rendre compte. Ce sommet, c'est pour moi le début d'une nouvelle génération."

16h07 : "On est en train de perdre la bataille (...) Depuis une vingtaine d'années, on sait, et on sait un peu plus. On sait, et il y a deux ans jour pour jour, un accord a été signé à Paris. Pour la première fois, la quasi-totalité de la communauté internationale a décidé de prendre des engagements."

16h04 : Le président de la République, Emmanuel Macron, s'exprime au One Planet Summit, le sommet de Paris pour le climat.

16h02 : A l'occasion du One Planet Summit à Paris, plus de 200 grands investisseurs, dont HSBC ou le plus gros fonds de pension public américain (CalPERS), ont aussi promis de mettre la pression sur 100 entreprises particulièrement émettrices de gaz à effet de serre. L'objectif : que ces sociétés améliorent leur gouvernance sur le changement climatique, réduisent leurs émissions et renforcent la publication de leurs informations financières relatives au climat.

16h36 : Le sommet pour le climat de Paris est l'occasion, pour plusieurs acteurs économiques et financiers, d'annoncer des engagements pour mieux lutter contre le changement climatique. 237 entreprises ont ainsi annoncé vouloir mettre en place les recommandations d'un groupe de travail émanant du G20, pour améliorer leur prise en compte du risque climatique dans leurs activités. Parmi elles, 20 des plus importantes banques du monde et 80% des gestionnaires d'actifs, comme HSBC ou l'assureur AXA.

15h53 : Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a publié sur Twitter une vidéo de son arrivée au One Planet Summit, le sommet de Paris pour le climat, qui se tient sur l'île Seguin, à l'ouest de Paris. Vous pouvez suivre ce sommet dans notre direct.



14h55 : A l'occasion du sommet de Paris pour le climat aujourd'hui, nous vous proposons de (re)lire notre article vous expliquant comment, il y a trente ans, des politiques et scientifiques ont sauvé la couche d'ozone d'une disparition attendue, en raison d'un trou de la taille d'un continent.


Un bateau chilien dans l\'Antarctique, dans la zone où a été identitifié le trou dans la couche d\'ozone, le 25 janvier 2015. 

(NATACHA PISARENKO / AP / SIPA)

14h52 : "Ne demandez pas toujours aux autres ce qu'ils peuvent faire pour protéger la planète. Demandez-vous, chacun, ce que vous pouvez faire au quotidien pour protéger la planète. Soyez les acteurs de votre propre destin." Le ministre de la Transition écologique et solidaire s'exprime au sommet pour le climat de Paris. Dans son allocution, il s'inspire quelque peu du célèbre discours d'investiture de John Fitzgerald Kennedy : "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays."

14h43 : "Que nous conseilleriez-vous de faire, nous les jeunes, sur le climat ?" Un adolescent a posé une question à Arnold Schwarzenegger lors du sommet pour le climat à Paris. L'ancien gouverneur de Californie a félicité le jeune garçon pour sa question, avant de lui donner quelques conseils. La séquence est à voir ici :


(FRANCEINFO)

14h44 : L'ancien secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est également exprimé, à l'occasion du sommet pour le climat organisé à Paris aujourd'hui. Il a vivement critiqué la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris. "C'est une honte, si vous regardez les faits, la science, le bon sens, tout le travail qui a été fait, a-t-il dénoncé, rapporte l'AFP. Ce sont 26 années de travail déshonorées par des gens qui ne comprennent rien à la science."

14h31 : "Il faut être déterminé, être rebelle, ne pas écouter celles et ceux qui vous disent 'non'. Notre vision, c'est celle d'un avenir propre. Il faut faire en sorte que cette vision devienne une réalité." L'ancien gouverneur de Californie et star américaine, Arnold Schwarzenegger, s'exprime à l'occasion du One Planet Summit, le sommet pour le climat de Paris.

13h57 : La Banque mondiale va cesser de financer l'exploration et l'exploitation de pétrole et de gaz après 2019, a-t-elle annoncé aujourd'hui, à l'occasion du sommet climat de Paris. L'institution souhaite "aligner sur les objectifs de l'accord de Paris" les financements qu'elle accorde aux États. Des exceptions seront toutefois possibles pour des pays en développement qui auraient des besoins spécifiques en terme d'accès à l'énergie.

14h20 : Une récente étude de chercheurs néerlandais estime qu'en raison du réchauffement climatique, le niveau des mers pourrait être relevé de 1,5 mètre d'ici 2100. Cette montée des eaux pourrait même atteindre 1,8 mètre, rapportent Les Echos. Les Pays-Bas pourraient être particulièrement touchés : plus de 25% du territoire néerlandais est en dessous du niveau de la mer, précise le journal.