Coup de chaleur sur la France : "On est déjà dans une anomalie de plus 2,7 degrés par rapport à la moyenne" depuis début mai, selon un prévisionniste

Des records de températures pour un mois de mai, à plus de 30, 31, 32, 33 degrés peuvent tomber mercredi sur le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme profite du soleil sur le bord de la Garonne à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 17 mai 2022. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Depuis les 15 premiers jours de mai, on est déjà dans une anomalie de plus 2,7 degrés par rapport à la moyenne", a alerté mardi 17 mai, sur franceinfo, Alix Roumagnac, président de Predict Services, la filiale "risques" de Météo France, alors que des températures proches des records pour un mois de mai sont attendues mercredi dans la vallée du Rhône, touchée par un épisode de chaleur exceptionnel avec des pics prévus notamment à Valence et Montélimar. Ces fortes températures n'ont "jamais été observées sur un début de mois de mai depuis l'existence des relevés de température", souligne le prévisionniste.

franceinfo : Cette poussée de chaleur va-t-elle se poursuivre encore longtemps ou on peut espérer la pluie bientôt ?

Alix Roumagnac : Ce système de dôme de chaleur qui est bloqué va encore se poursuivre toute la semaine, voire jusqu'au week-end. Ce n'est qu'en début de semaine prochaine que l'on pourra avoir un passage pluvieux et un peu de rafraîchissement sur l'ensemble du territoire. D'ici là, il y aura quelques orages ponctuels qui peuvent être assez important du fait de la chaleur au sol. Mais il va falloir être patient.

Est-ce qu'il faut craindre des orages ?

Oui. Il faut être prudent. Ce sont surtout des risques de ruissellement, des risques de grêle. Donc attention aux trajets en voiture.

Quelle sont les régions les plus touchées par ces fortes chaleurs ?

C'est un anticyclone qui remonte depuis le Portugal, l'Espagne et qui touche une grosse partie de la France. C'est un phénomène exceptionnel à la fois par sa précocité, durabilité mais aussi son étendue. Les records à plus de 30, 31, 32, 33 degrés qui peuvent tomber mercredi vont concerner le Sud-Ouest et la vallée du Rhône. Au global, depuis les 15 premiers jours de mai, on est déjà dans une anomalie de plus 2,7 degrés par rapport à la moyenne. Cela n'a jamais été observé sur un début de mois de mai depuis l'existence des relevés de température.

Est-ce cela veut dire que nous aurons droit à un été caniculaire ?

Ce n'est pas forcément lié à ce qui se passe au mois de mai. On est dans une situation où l'air est bloqué par l'anticyclone sur la France. Avec cette teneur en gaz à effet de serre, la chaleur du soleil est confirmée. Et toutes les études le montrent, on va avoir à faire à ce type d'évènements de plus en plus fréquents. Mais cela n'as pas une signature forcément pour l'été qui arrive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.