Climat : les Etats-Unis et la Chine "s'engagent à coopérer" pour affronter la crise climatique

Les deux premières économies mondiales représentent près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
John Kerry, en charge du climat dans l'administration Biden, lors d'une conférence à l'ambassade américaine à Séoul (Corée du Sud), le 18 avril 2021. (HANDOUT / US EMBASSY IN SEOUL / AFP)

Une bonne nouvelle pour le climat ? Les Etats-Unis et la Chine se sont engagés "à coopérer" pour affronter la crise climatique, "qui doit être traitée avec le sérieux et l'urgence qu'elle exige", ont annoncé, samedi 17 avril, les deux pays dans un communiqué commun signé à Shanghai par John Kerry, en charge du climat dans l'administration Biden, et par son homologue chinois Xie Zhenhua. Le texte énumère les multiples voies de coopération entre les deux premières économies mondiales qui, ensemble, représentent près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique.

Washington et Pékin y affirment "le renforcement de leurs actions respectives et la coopération dans les processus multilatéraux, y compris la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et l'Accord de Paris". John Kerry était le premier responsable de l'administration du président Joe Biden à se rendre en Chine. Cette visite représentait un signe d'espoir sur le fait que les deux parties puissent travailler ensemble au défi mondial que représente le changement climatique, malgré des tensions criantes sur plusieurs autres dossiers.

Les deux pays "attendent avec impatience" le sommet environnemental international virtuel organisé par Joe Biden jeudi et vendredi prochains, même si le texte ne dit pas si le président chinois, Xi Jinping, y participera. Le président démocrate a invité 40 dirigeants mondiaux à cet événement en visioconférence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.