Climat : le rapport alarmant du Giec

Le Giec, groupe d'experts du climat à l'ONU, rend son rapport lundi 8 octobre. Sans surprise, il demande aux nations d'agir au plus vite pour limiter le réchauffement climatique. Dans le cas contraire, la catastrophe sera planétaire.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Londres (Royaume-Uni), Sidney (Australie), Shanghai (Chine) ou encore Rio de Janeiro (Brésil), sous plusieurs mètres d'eaux. C'est le scénario qui pourrait se réaliser si la planète se réchauffait de trois à quatre degrés supplémentaires. Pour les climatologues, il y a urgence à inverser la tendance. Pour la première fois, les plus éminents scientifiques réunis en Corée du Sud ont écrit deux scénarios possibles : une planète affichant +1,5°C et une autre avec +2°C.

18% des insectes des espèces en moins ?

L'horizon choisi ? L'année 2100. Avec 1,5°C supplémentaire, le niveau des océans augmenterait de 48 cm et frapperait 46 millions de personnes. Avec 2°C de plus, les océans remonteraient de 56 cm et toucheraient 49 millions de personnes. Quant aux espèces, l'impact serait encore plus violent. Avec 2°C supplémentaires, 18% des insectes (contre 6% pour +1,5°C), 16% des plantes (contre 8%), et 8% des vertébrés (contre 4%) disparaîtraient. Pourtant, il n'est pas trop tard pour agir, selon Pierre Cannet, responsable du programme climat à WWF France. L'objectif de ce rapport publié lundi 8 octobre : être une feuille de route pour les États afin de limiter les effets du réchauffement climatique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une maison détruite par les inondations dans le village de Kannapanakundu, dans l\'État du Kerala, en Inde, le 18 août 2018.
Une maison détruite par les inondations dans le village de Kannapanakundu, dans l'État du Kerala, en Inde, le 18 août 2018. (MANJUNATH KIRAN / AFP)