Climat : le mouvement écologiste Extinction Rebellion déploie une banderole sur la tour Eiffel

Cette action, qui a eu lieu dimanche dans la capitale, lance une semaine de désobéissance civile dans plusieurs grandes villes de France, pour dénoncer "l'inaction" du gouvernement face à l'urgence climatique et écologique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion déploient une banderole au premier étage de la tour Eiffel à Paris, le 11 octobre 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion (XR) ont déployé, dimanche 11 octobre, une banderole avec l'inscription "Rebel" ("rebellez-vous" ou "rebelle") au premier étage de la tour Eiffel, à Paris. Cette action marque symboliquement le début en France de la "rébellion internationale d'octobre", au cours de laquelle les militants de ce mouvement prônant la désobéissance civile pour exiger des actions face à l'urgence du réchauffement climatique prévoient des actions dans plusieurs villes de France jusqu'au 19 octobre.

"Avec la crise sanitaire, notre message s'est renforcé, le Covid n'est qu'un symptôme, il suffit d'un virus pour que l'économie soit mise à terre. Nous avons vu que les émissions de CO2 pouvaient s'arrêter, que les avions pouvaient être cloués au sol. La tour Eiffel est un symbole mondial, nous voulons dire : 'Arrêtez tout ! Ouvrons les yeux, il y a urgence'", explique à l'AFP Léa Lecouple, une militante présente devant le monument.

"L'urgence s'aggrave et avec le Covid on a vu que le pouvoir pouvait prendre des décisions contraignantes, le pouvoir politique ne peut pas faire semblant qu'il ne peut agir," a de son côté indiqué un autre militant, se présentant sous le pseudonyme de "Crocodile".

Selon les militants présents sur place, une vingtaines d'activistes ont participé à l'action à l'intérieur de la tour, dont huit "grimpeurs", chargés de déployer la banderole de grandes lettres noires sur fond rose.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.