Climat : l'ONU prévoit des phénomènes météorologiques "extrêmes" en 2017

L'Organisation météorologique mondiale a publié des prévisions inquiétantes sur le réchauffement de la planète, lors de sa déclaration annuelle sur l'état du climat pour la Journée météorologique mondiale.

D\'après l\'ONU, la fonte de la banquise et le réchauffement des océans pourraient être encore plus prononcés en 2017. 
D'après l'ONU, la fonte de la banquise et le réchauffement des océans pourraient être encore plus prononcés en 2017.  (DELTA IMAGES / AFP)

Des conditions météorologiques et climatiques extrêmes sont à prévoir en 2017, a prévenu, mardi 21 mars, l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Cette agence spécialisée des Nations unies a publié des prévisions inquiétantes sur le réchauffement de la planète, lors de sa déclaration annuelle sur l'état du climat mondial en prévision de la Journée météorologique mondiale, organisée le 23 mars.

Un nouveau record de température en 2016

"L'année 2016 est la plus chaude jamais enregistrée, confirme d'abord le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, évoquant notamment la fonte de la banquise et l'augmentation du niveau de la mer. La hausse de la température par rapport à l'époque préindustrielle atteint, chose remarquable, 1,1°C, soit 0,06°C de plus que le record précédent établi en 2015."

D'après l'OMM, ces "phénomènes extrêmes" sont "toujours d'actualité en 2017". En s'appuyant sur des études récentes, l'agence affirme que le "réchauffement des océans pourrait être encore plus prononcé qu'on ne le croyait".

Des résultats ressentis partout dans le monde

Au cours de l'hiver dernier, l'Arctique a connu l'équivalent polaire d'une vague de chaleur, selon l'OMM. D'après les conclusions des chercheurs, les changements observés dans l'Arctique et la fonte de la banquise entraînent, à plus grande échelle, une modification des régimes de circulation océanique et atmosphérique, ce qui se répercute sur les conditions météorologiques dans d'autres régions du monde.

Ainsi, des régions comme le Canada et une grande partie des Etats-Unis ont été gratifiées d'une météo inhabituellement clémente alors que d'autres, dans la péninsule arabique et en Afrique du Nord par exemple, ont enregistré début 2017 des températures anormalement basses.