Cet article date de plus de deux ans.

Climat : l'ONU estime à 50% le risque que le réchauffement climatique dépasse le seuil de 1,5°C dans les cinq prochaines années

L'accord de Paris vise à contenir l'augmentation de la température moyenne mondiale nettement en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et si possible à 1,5 degré.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les effets du réchauffement climatique sont de plus en plus visibles, avec des conséquences notamment sur les prévisions météorologiques pour 2050, comme l'explique le journaliste Nicolas Chateauneuf, présent sur le plateau du 20 Heures, vendredi 17 juin. (ARSHAD MOHAMMED / ANADOLU AGENCY / AFP)

Vers un scénario catastrophe ? Il existe une chance sur deux pour que la température mondiale annuelle moyenne soit temporairement supérieure de 1,5°C aux valeurs préindustrielles pendant l'une des cinq prochaines années au moins, a annoncé l'ONU lundi 9 mai.

Un franchissement temporaire de ce seuil sur une année n'est toutefois pas synonyme d'un dépassement durable de ce seuil, au sens où l'entend l'Accord de Paris sur le climat. Cet accord vise à contenir l'augmentation de la température moyenne mondiale nettement en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et si possible à 1,5 degré.

1,5°C, un seuil "néfaste pour la planète entière"

D'après un nouveau bulletin sur le climat publié mardi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, la probabilité d'un dépassement temporaire du seuil de 1,5°C n'a cessé d'augmenter depuis 2015, année où ce risque était proche de zéro.

Pour les années comprises entre 2017 et 2021, la probabilité de dépassement était de 10%. Elle est passée "à près de 50% pour la période 2022-2026", indique l'OMM. Mais il n'y a qu'une faible probabilité (10%) que la moyenne quinquennale dépasse le seuil de +1,5°C.

>> Réchauffement climatique : voici à quoi il faut s'attendre avec la hausse estimée à 2,7 °C après la COP26

"Cette étude montre, avec une grande fiabilité scientifique, que nous nous rapprochons sensiblement du moment où nous atteindrons temporairement la limite inférieure de l'Accord de Paris. Le chiffre de 1,5°C n'est pas une statistique choisie au hasard. Il indique le point à partir duquel les effets du climat seront de plus en plus néfastes pour les populations et pour la planète entière", a expliqué le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

Des records de chaleur attendus

Selon ce bulletin sur les prévisions annuelles à décennales du climat à l'échelle mondiale, établi par le Service météorologique du Royaume-Uni (Met Office) qui est le centre principal de l'OMM pour ce type de prévisions, il est très probable (93%) qu'au moins une des années comprises entre 2022 et 2026 devienne la plus chaude jamais enregistrée.

Ce record est actuellement détenu par l'année 2016, qui avait été marquée par un puissant épisode El Niño, phénomène océanique naturel qui entraîne une hausse des températures. Il est également probable à 93% que la moyenne de la température pour la période 2022-2026 soit supérieure à celle des cinq dernières années (2017-2021).

En 2021, la température moyenne de la planète a dépassé de 1,11°C celle de l'ère préindustrielle de référence, selon un récent rapport de l'OMM sur l'état du climat mondial. La version finale du document sera publiée le 18 mai.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.