Climat : "C’est de nature à antagoniser nos sociétés", répond Emmanuel Macron après la plainte de Greta Thunberg

Lundi à l'ONU, la militante suédoise a prononcé un discours choc à l'occasion l'ouverture du sommet pour le climat. Elle a ensuite annoncé, avec d'autres jeunes, qu'elle portait plainte contre cinq pays, dont la France.

Emmanuel Macron s\'exprime à l\'ONU, le 23 septembre 2019 à New York.
Emmanuel Macron s'exprime à l'ONU, le 23 septembre 2019 à New York. (STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses !" Dans son discours à l'ONU, Greta Thunberg n'a pas épargné les dirigeants mondiaux. Avec quinze autres jeunes, elle a également décidé d'intenter une action juridique contre cinq pays, dont la France. Mardi 24 septembre, Emmanuel Macron a répondu à la militante suédoise. "Je n’ai pas le sentiment que le gouvernement français ou le gouvernement allemand, aujourd’hui, sont en train de bloquer", a déclaré le président sur Europe 1.

"Quand je vois qu’on va fermer l’ensemble de nos activités charbon, qu’on stoppe l’exploitation d’hydrocarbures, qu’on est en train de bouger, je ne suis pas sûr que [l'action en justice contre la France] soit la voie la plus efficace", a-t-il continué, invitant la jeunesse à aider les gouvernements "à faire pression sur ceux qui bloquent". "Là, des positions très radicales, c’est de nature à antagoniser nos sociétés."

"Il faut faire attention à ne pas créer de fossé"

Sur France Inter, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a elle aussi réagi à la plainte déposée contre la France et quatre autres pays. "Je ne crois pas qu'on puisse mobiliser la population avec du désespoir", a-t-elle lancé.