Climat : des militants écologistes bloquent l'entrée des sièges de Total, de la Société générale et d'EDF à la Défense

Cette action coup de poing, qui a démarré vendredi matin, vise à dénoncer la "République des pollueurs".

Des militants écologistes réunis sur l\'esplanade de la Défense, près de Paris, le 19 avril 2019.
Des militants écologistes réunis sur l'esplanade de la Défense, près de Paris, le 19 avril 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Les petits pas, ça suffit pas." Plusieurs centaines de militants écologistes ont bloqué, vendredi 19 avril, l'entrée de quatre bâtiments du quartier d'affaires de la Défense (Hauts-de-Seine), dont les sièges de Total, de la Société générale et d'EDF. La tour Séquoia, qui abrite une antenne du ministère de la Transition écologique, est aussi visée. Cette action coup de poing est en lien avec la journée de "désobéissance civile" pour dénoncer la "République des pollueurs".

Les manifestants, 2 000 selon les organisateurs, ont accroché des portraits d'Emmanuel Macron sur la façade d'au moins un des sièges. On peut y lire cette inscription : "Macron président des pollueurs".

"Il faut que le gouvernement impose une politique contraignante et fasse respecter les engagements pris pendant la COP21, parce que s'il y a un effondrement, on sera la première génération concernée", déclare Clarisse, une militante de 18 ans, venue spécialement d'Angers. "On n'en peut plus de cette alliance toxique entre Emmanuel Macron et les multinationales les plus polluantes", explique de son côté Clément Sénéchal, de Greenpeace.

Un mouvement très suivi à Londres

L'opération avait été préparée dans le plus grand mystère, les militants étant prévenus de points de rendez-vous par SMS peu avant. Avec des critères stricts à respecter pour les participants prêts à se faire arrêter : visage toujours à découvert, "aucune agression physique, verbale ou psychologique tolérée" et aucune dégradation de biens.

La semaine de désobéissance civile lancée par le mouvement Extinction Rebellion a été particulièrement suivie à Londres. Plusieurs milliers de personnes ont notamment bloqué cinq lieux emblématiques de la capitale : Marble Arch, Oxford Circus, Waterloo Bridge, Parliament Square et Piccadilly Circus.