"C'est l'équivalent de la consommation de trois familles" : faut-il éteindre les panneaux publicitaires numériques pour faire des économies d'énergie ?

La mesure permettrait notamment de réduire la consommation électrique en période de pics de consommation.

Les panneaux publicitaires consomment autant d\'électricité que trois familles, selon l\'association Négawatt.
Les panneaux publicitaires consomment autant d'électricité que trois familles, selon l'association Négawatt. (ALEXIS CHRISTIAEN (PIB) / MAXPPP)

On les voit fleurir dans les gares, les métros et même en ville. Le nombre de panneaux publicitaires numériques explosent, et prennent petit à petit la place des affiches en papier. Ils ont augmenté de 16% rien qu’en 2017 et rien qu'à Paris, il y en a plus de 600… Mais ils consomment énormément d'électricité. "Rien qu’en consommation locale c’est l’équivalent de la consommation annuelle hors chauffage de trois familles", a calculé Marc Jedliska, de l'association Négawatt.

Selon le bilan électrique annuel de RTE, le réseau de transport électrique, ces écrans ne sont pas des usages prioritaires. RTE se demande donc s'il ne serait pas utile de les éteindre l'hiver, quand il fait froid et que la demande des foyers français en électricité augmente, pour éviter la mise en route de nos centrales à charbon voire d'importer du courant.  

Certains industriels arrêtent leur production quelques heures

En effet à ces périodes, quand les Français rentrent du travail et allument leur chauffage, leur four, leur machine à laver, la consommation augmente très rapidement, et pour approvisionner tout le monde, le réseau appelle l’électricité produite par les centrales thermiques et notamment les centrales à charbon. Une autre solution consiste à décaler ou effacer des consommations. Certains gros industriels le font depuis quelques années. Ils arrêtent quelques heures leur production pour aider le réseau à passer le pic.

La question, donc, est de savoir si le fait d'éteindre les panneaux publicitaires numériques, la nuit notamment, permet d'éviter l'usage d'énergie fossile polluante. Pour Jean-François Decaux, de la société JCDecaux qui installe ce type de panneaux, leur bilan carbone est meilleur que celui des affiches papier. "Ces panneaux c’est déjà mieux que d’envoyer quelqu’un avec une voiture changer l’affiche, et ce ne serait pas une bonne idée parce que c’est la publicité qui nous fait vivre", selon le patron de la société de mobilier urbain qui s’est fixé un objectif de réduction de la consommation d’électricité de 15% d’ici fin 2020.

Le débat s'engage sur l'impact environnemental de ces panneaux et surtout pour savoir comment le gouvernement compte fermer les centrales à charbon en 2022 comme l'a promis Emmanuel Macron.