Avec 30,5°C en Corse, le record de température nocturne en France a été battu

Ce record a été battu à cause du sirocco, un vent très chaud et sec, qui a soufflé dans la nuit de lundi à mardi sur l'île de Beauté.

Ajaccio est l\'une des villes concernées par le dispositif Denormandie ancien
Ajaccio est l'une des villes concernées par le dispositif Denormandie ancien (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Un tel coup de chaud n'avait jamais été observé en pleine nuit. La température n'est pas descendue en dessous de 30,5°C dans la nuit de lundi à mardi à Marignana, en Corse. De quoi constituer un record de chaleur nocturne pour la France métropolitaine, a annoncé mardi 1er août Météo France.

Le précédent record nocturne – 30,3°C – avait été enregistré à Menton (Alpes-Maritimes) pendant la canicule de 2003, a précisé l'organisme de prévisions. Selon lui, ce record a été battu à cause du sirocco, un vent très chaud et sec, qui a soufflé dans la nuit de lundi à mardi.

Il a aussi fait très chaud en montagne

Des records de chaleur nocturne ont également été battus dans d'autres localités du Sud-Est. La température n'est ainsi pas descendue en dessous de 29,5°C à Sari d'Orcino (Corse-du-Sud), 28,8°C à Pila-Canale (Corse-du-Sud), 28,3°C à Marseille-Marignane (égalant les 28,3°C du 27 juillet 1983).

Parmi les autres records, on a enregistré 27,1°C à Sartène (Corse), 27°C au Castellet (Var), 27°C à Trets (Bouches-du-Rhône), battant de loin l'ancien record de 23,5°C du 19 juin 2013. Il a fait 26,3°C à Cassis (Bouches-du-Rhône).

Des records ont également été battus en montagne, avec 24,5°C à Lus-la-Croix-Haute (Drôme, 1 059 m d'altitude), battant les 23°C du 23 juillet 2009 et 16°C à Tignes (Savoie, 2 105 m d'altitude), battant les 15,8°C du 23 juillet 2009.