Alpes-Maritimes : des camions-poubelles qui roulent avec... du plastique recyclé

Le conseil départemental, confronté à une grande quantité de déchets mal recyclés, a participé à la création de Chrysalis, une machine qui transforme le plastique en carburant. Elle alimente actuellement deux camions-poubelles du département.

Article rédigé par
Adèle Bossard - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Chrysalis, imaginée par l'association Earthwake, transforme les déchets plastiques en carburant. (François Danel)

Un camion-poubelle qui roule... au plastique ! C'est l'innovation qui a été présentée vendredi 17 juillet à Puget-Théniers, près de Nice, dans les Alpes-Maritimes.
Le projet est porté par l'association Earthwake qui travaille depuis des années sur une machine de recyclage des déchets plastiques, la Chrysalis. Et cette machine réussit désormais à transformer le plastique en carburant.

Une sorte de petite raffinerie 

Au départ, il y a du film d'emballage, des bouteilles de lait ou des flacons de cosmétiques versés directement dans la machine, la Chrysalis, qui ensuite les fond en utilisant la technique de la pyrolyse. "C'est une sorte de four mais sans oxygène et qui monte à 450 degrés, ça casse les molécules de plastique, explique François Danel, le directeur général de l'association Hurts Souheil, qui porte le projet. Comme le plastique, c'est du pétrole, on revient à l'état initial du plastique. Comme une petite raffinerie, en quelque sorte, avec une colonne de distillation qui permet de séparer le diesel de l'essence."

Le "four" de la Chrysalis atteind les 450 degrés. (François Danel)

Un projet de développement en Afrique et en Asie

Le carburant produit par la Chrysalis fonctionne puisqu'il alimente aujourd'hui le réservoir de deux camions-poubelles, à hauteur de 10%. La machine, elle, coûte environ 50 000 euros, financés en grande partie par le département des Alpes-Maritimes. Le conseil départemental ne manque pas de déchets plastiques à valoriser selon Charles Genesys, son président : "Ils sont très mal recyclés, donc nous sommes fiers de pouvoir monter cette filière. Mais en même temps, nous militons pour que les emballages se réduisent chaque année un peu plus." Et si l'association arrive à commercialiser cette machine, elle vise aussi un développement en Afrique ou en Asie, où les déchets plastiques serviraient à faire fonctionner des groupes électrogènes. 

Des camions poubelle qui roulent... au plastique ! Ecoutez le reportage d'Adèle Bossard
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.