Cet article date de plus de deux ans.

Réchauffement climatique : "D'ici à 2050, on aura des vagues de chaleur 2 à 3 degrés supérieures à celles d'aujourd'hui"

Pour Robert Vautard, climatologue et directeur de recherche au LSCE, il faut s'habituer aux fortes chaleurs qui vont encore s'accentuer à l'avenir. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le climatologue français Robert Vautard lors d'un congrès en novembre 2017.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

"D'ici à 2050, on aura des vagues de chaleur deux à trois degrés supérieures à celles d'aujourd'hui.Sachant que, quoi qu'il arrive, on aura au moins un degré de réchauffement global", estime Robert Vautard, climatologue, directeur de recherche au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE), sur franceinfo jeudi 25 juillet. 

Ce que nous enseigne cette comparaison, c'est que d'une part les modèles qui servent à faire des projections pour le futur sous-estiment un peu les changements en Europe.

Robert Vautard

à franceinfo

Selon lui, le changement climatique accentue encore les vagues de chaleur qui peuvent se produire "naturellement". "On estime que les vagues de chaleur, comme on a pu avoir en juin ou bien là en juillet, sont deux à quatre degrés plus chaudes que si elles s'étaient produites en 1900, avant la montée globale des températures", explique-t-il.

"D'ailleurs, en 1947, un phénomène de chaleur qui a fait grimper les températures à plus de 40 degrés dans Paris, assez comparable à celui d'aujourd'hui mais avec des températures plus faibles (ndlr : 40,4°C atteints à l'époque à Paris) s'est produit. On récupère deux à trois degrés de plus que ce qu'il y aurait eu sans changement climatique", analyse Robert Vautard.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canicule

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.