Cet article date de plus d'un an.

Pas de nouvelle canicule malgré les températures de ces derniers jours : on vous explique pourquoi

Chaleur jour et nuit dans plusieurs villes de France depuis le début de la semaine. On ne peut pourtant pas parler de canicule, qui répond à des critères précis.

Article rédigé par
Émilie Gautreau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lyon le 23 juin 2019. (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Entre 32 et 33 degrés à Paris et Orléans. 34 à 36 degrés à Limoges. 30 à 34 degrés à Tours... Il a fait chaud ces derniers jours, les nuits ont été douces. On a connu une nouvelle vague de chaleur en cette dernière semaine avant la rentrée; sans qu'on puisse pourtant parler de canicule. Pourquoi ?

Parce que la canicule est un cumul de températures élevées, jour et nuit, dans la durée

Pour parler de canicule, il faut que les températures soient élevées aussi bien le jour que la nuit, non pas sur une journée, sur une nuit, mais pendant au moins trois jours et trois nuits d'affilée.

Une période de canicule correspond donc, de manière cumulée, à des températures élevées dans la durée et en tenant compte du caractère exceptionnel des températures nocturnes. 

Les seuils de température qui déterminent la vigilance ne sont pas les mêmes partout. Ils varient selon les régions et les situations, puisqu'ils tiennent compte de l'impact de la chaleur sur les populations. Or, cet impact est différent dans le sud et le nord de la France, selon qu'on est en bord de mer ou en altitude, dans une grande ville ou non. Le but de ces seuils d'alerte est évidemment de protéger les populations en évitant les effets sur les plus vulnérables de chaleurs prolongées.

Les seuils de température pour l'Île-de-France sont par exemple de 31 degrés ou plus le jour et au moins 21 degrés la nuit sur une période d’au moins trois jours. Les seuils sont de 35 degrés le jour et 19 degrés la nuit en Centre-Val de Loire. De 35 degrés le jour et 24 degrés la nuit dans les Bouches-du-Rhône.

Parce que les seuils de canicule n'ont pas été atteints sur une période de trois jours en cette fin août

S'il a fait très chaud en région Centre-Val de Loire ces derniers jours (entre 30 et 34 degrés à Tours en journée, jusqu'à 20 degrés la nuit), les seuils fixés n'ont pourtant pas été dépassés. Même chose à Limoges où il a certes fait chaud le jour (jusqu'à 36 degrés dimanche et lundi), mais il n'a fait que 13 à 14 degrés la nuit. Il a fait 32 à 33 degrés à Paris plusieurs jours de suite mais sans que les températures la nuit dépassent durablement 21 degrés.

De manière générale, les seuils de canicule n'ont jamais été atteints sur une période de trois jours en cette fin de période estivale.

Parce que le déclenchement du plan canicule n'est pas systématique

Ce déclenchement n'est pas obligatoire. Le niveau trois du plan canicule peut être déclenché par les préfets en cas de vigilance orange de Météo France.

Pour établir la couleur de sa vigilance, Météo France calcule, pour les stations références de chaque département, les moyennes, sur trois jours glissants, des températures minimales et maximales prévues et les compare aux seuils précédemment évoqués.

L'alerte canicule est déclenchée sur la base de ces données météorologiques, croisées avec celles des Agences régionales de santé et d'autres données locales (pics de pollution, grands rassemblements prévus par exemple). 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.