Les opérateurs d'eau sont sur le pont pour gérer les approvisionnements pendant la canicule

Les entreprises qui fournissent l'eau potable sont particulièrement sollicitées en période de canicule. Dans les centres de régulation, les équipes sont sur le pont pour prévenir tout incident.

En période de canicule, la consommation d\'eau augmente fortement et sollicite beaucoup les réseaux des opérateurs. 
En période de canicule, la consommation d'eau augmente fortement et sollicite beaucoup les réseaux des opérateurs.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Une grande partie de la France subit depuis dimanche 18 juin un épisode de canicule. Le mercure qui monte en flèche dans la journée et qui ne redescend pas la nuit : ces conditions favorisent une grande consommation d'eau. Les entreprises de distribution de l'eau sont donc très mobilisées pour éviter toute fuite ou coupure sur le réseau. Ainsi, dans le centre de pilotage opérationnel de l'opérateur Saur, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), une trentaine de personnes s'activent derrière leur écran, téléphone à portée de main. Face à eux, sur un pan de mur, une grande carte de la région sur laquelle toutes les conduites d'eau sont repertoriées. C'est l'un des six centres du groupe, qui surveille la distribution d'eau potable pour une dizaine de millions d'habitants en France. 

La canicule et le gel, les deux bêtes noires de Saur

Bruno vient de raccrocher : "C'était un élu qui nous signalait une fuite sur la chaussée dans sa commune", explique l'opérateur. Une situation habituelle dans ce type de conditions climatiques, selon lui. "En ce moment, on a beaucoup de casse sur le réseau parce que les terrains sont secs. On a le même problème l'hiver : quand il gèle beaucoup, le terrain bouge et ça finit par céder."  Autre facteur qui tend à compliquer le travail de l'opérateur : l'augmentation de la consommation d'eau en période de fortes chaleurs.

Au mois de mai, on a observé une surconsommation d'environ 1 million de mètres cubes supplémentaires au niveau nationalChristophe Tanguy, directeur d'exploitation de Saurà franceinfo

La tendance s'accentue au mois de juin, avec 10% de consommation de plus. Au-delà de la chaleur en elle-même, c'est donc l'utilisation des réseaux qui pose problème à l'opérateur. "En période normale, une pompe peut être amenée à fonctionner de 10 à 12 heures par jour mais dans des périodes de fortes chaleurs, ça passe de 20 à 22 heures." Pour l'instant, il n'y a pas de risque de surchauffe selon le groupe Saur même si en Seine-et-Marne l'opérateur a un client particulier : Disneyland Paris. "C'est une zone touristique où les gens ont chaud quand ils se promènent donc is prennent plutôt deux ou trois douches dans la journée qu'une seule." La zone est donc sujette à un fort supplément de consommation en cette période.