Des détenus de Villepinte se plaignent de la canicule en prison : "Le problème, c'est la surpopulation", explique un syndicaliste

Europe 1 a diffusé une vidéo filmée par des détenus qui dénoncent la chaleur et l'air irrespirable dans leur cellule. 

Couloir de la maison d\'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis).
Couloir de la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis). (MAXPPP)

"Il fait 50 degrés, on ne peut plus respirer !" En pleine canicule, des détenus de la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) ont dénoncé leurs conditions d’incarcération dans une vidéo tournée le 27 juillet et diffusée par Europe 1. On peut notamment voir quatre détenus dans une petite cellule avec une fenêtre fermée par une vitre de plexiglas et un ventilateur retourné au sol. "Ça fait deux heures qu'on appelle les surveillants, ils ne veulent pas venir", affirme l'un des détenus. 

David Laurent, secrétaire local du syndicat FO à la maison d'arrêt de Villepinte, a répondu aux questions de franceinfo sur les conditions d'incarcération en période de forte chaleur. 

Franceinfo : Pourquoi ces détenus ne disposent-ils pas d'une fenêtre qui permettrait d'aérer leur cellule ? 

David Laurent : Dans ce cas, ce sont les détenus eux-mêmes qui ont cassé leur fenêtre le jour où la vidéo a été tournée. La société GEPSA, mandatée par l'Etat, a remplacé la fenêtre par une plaque de plexiglas, le temps qu'elle parte en réparation. [L'administration pénitentiaire explique à Europe 1, que cette réparation de fortune a été réalisée pour éviter des infiltrations après un orage de grêle.]

Malheureusement, c'était un jour où il a fait très chaud et la température est rapidement montée dans la cellule. Les détenus disent dans la vidéo que la plaque est vissée, mais la plaque de plexiglas était en fait glissée dans les vis pour la faire tenir, donc ils pouvaient tout à fait l'enlever pour aérer. Ils extrapolent des problèmes, cette vidéo est de l'ordre du montage.  

Pourquoi les surveillants ne répondaient-ils pas aux appels des détenus, comme ils s'en plaignent ? 

L'intervention de nuit n'existe pas chez nous. On voit bien sur la vidéo qu'il fait nuit noire dehors, donc elle a été tournée très tard le soir, il devait être près de 23 heures. Or, à partir de 20 heures, la seule personne qui peut ouvrir la porte des cellules est le chef de détention, c'est-à-dire le chef d'équipe des surveillants. La nuit, on ne fait pas d'intervention autre que les urgences, car c'est dangereux pour nous, nous sommes en sous-effectifs. 

Quelles sont les mesures déclenchées en période de canicule ? 

En période de forte chaleur, on distribue aux détenus des bouteilles d'eau gratuitement tous les jours, en plus de leur accès à l'eau potable. Ils disposent aussi d'un ventilateur à diffusion par cellule. S'ils le souhaitent, ils peuvent en acheter davantage, mais dans ce cas, c'est avec leurs économies sur leurs comptes internes.

Il n'y a aucune climatisation dans aucun des bâtiments, donc il doit y faire entre 25 et 30 degrés, mais comme dans toutes les maisons sans climatisation. Les détenus se plaignent de la chaleur, mais comme tout le monde en période de canicule. Ce que l'on conseille c'est qu'ils restent dans leur cellule, à l'ombre, en journée. Le problème, c'est la surpopulation. En maison d'arrêt, la densité de population est supérieure à 195 %