Crèches, personnes âgées, SDF... En pleine canicule, la mairie de Paris met "sous très haute surveillance" les plus fragiles

La maire-adjointe en charge des solidarités a fait le point sur franceinfo sur les dispositifs en cours dans la capitale. 

La fontaine du Trocadéro en pleine canicule à Paris. 
La fontaine du Trocadéro en pleine canicule à Paris.  (JULIEN PASQUALINI / FRANCE-INFO)

En pleine canicule, Dominique Versini, maire adjointe de Paris chargée des solidarités, de la lutte contre l'exclusion, l'accueil des réfugiés et de la protection de l'enfance, a fait le point jeudi 25 juillet sur franceinfo sur le dispositif mis en place pour les personnes vulnérables à Paris. La capitale, qui a battu son record de chaleur jeudi avec 41 degrés enregistrés à la mi-journée, fait face à des chaleurs extrêmes depuis quelques jours. "Les crèches sont sous très haute surveillance", a-t-elle affirmé notamment.

Est-ce que certaines activités sont maintenues dans les centres de loisirs ?

Dominique Versini : Les établissements ont été formés, des kits canicule ont été diffusés. Les activités sont à l'intérieur. Il y a des ventilateurs, il y a la question de l'eau. C'est pareil dans les crèches. Les crèches sont aussi sous très haute surveillance. Il faut que tout le monde soit vigilant, les parents et les professionnels. Nous, on a la main plus facilement sur les professionnels à qui on peut diffuser en direct. Les panneaux de la ville diffusent des informations de prévention, etc. Ils ne diffusent que ça en permanence.

Est-ce que la mairie parvient à s'occuper des SDF ?

Absolument. Il y a 21 400 personnes dans Paris qui sont dans des centres d'hébergement, mais il y a 3 à 5 000 personnes qui sont dans la rue. Nos équipes de maraude ont toutes été augmentées, des maraudes sont mises en place plus tard dans la journée et dans la nuit. J'ai fait une maraude hier soir dans le 10e. Nous avons aussi des campements de réfugiés où nous avons ouvert un lieu d'accueil humanitaire. Les gens peuvent prendre des douches, avoir de l'eau. Dans le centre d'hébergement du 13e qui est un centre historique qui existe depuis plus de 20 ans, il y a une salle rafraîchie. Du coup les gens peuvent manger dans une atmosphère rafraîchie et ensuite, se poser dans cette salle polyvalente où ils peuvent lire, jouer. Il y a même un billard.

Les personnes âgées peuvent-elles faire appel à vos services ?

On a un fichier Chalex, chaleur extrême. Des personnes qui se sentent vulnérables nous demandent de pouvoir les appeler en cas de problème. Il y a 8 500 personnes. Dès lundi, on a un téléopérateur qui a appelé tout le monde. Les gens sont appelés au moins quatre fois sur des horaires différents, s'ils ne répondent pas. Il y a aussi des médecins transmetteurs qui sont présents. Si la personne dit 'j'ai mal à la tête, j'ai des migraines ou je ne me sens pas bien', c'est le médecin qui prend le relais. Nos chauffeurs sont tous volontaires et vont chercher les personnes âgées dépendantes ou qui habitent dans les chambres de bonne sans fraîcheur et les amènent l'après-midi dans des salles rafraîchies.