Canicule : "Les températures maximales seront atteintes de mercredi à vendredi", selon un prévisionniste

"Cette vague de chaleur pourrait être remarquable par sa précocité et son intensité", indique Météo France. Seuls la Bretagne, le Cotentin et les côtes de la Manche seront épargnés.

A Toulouse, le 6 août 2018.
A Toulouse, le 6 août 2018. (ALAIN PITTON / NURPHOTO)

C'est l'été et il sera difficile de ne pas s'en rendre compte : les températures vont grimper dès dimanche 23 juin sur tout le pays. "On attend des valeurs comprises entre 35 °C et 40 °C sur une grande partie du pays, à l'exception de la Bretagne", indique Météo France dans un bulletin. La chaleur s'accentuera nettement dès lundi et pourrait persister jusqu'au week-end suivant, notamment sur la moitié est. 

Une vague d'air chaud venue du Maghreb

Toutes les conditions seront réunies la semaine prochaine pour provoquer un épisode de canicule.

On sera, la semaine prochaine, dans une situation de cas d'école de la météo, où toutes les conditions seront réunies pour qu'un épisode de canicule émerge.Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo Franceà franceinfo

Le prévisionniste explique le principe du phénomène appelé "la pompe à chaleur" : "On aura une zone de dépression au large de l'Atlantique et un anticyclone sur le nord de l'Europe. Entre les deux, des courants de chaleur en provenance directe du Maghreb et de l'Espagne remontent et stationneront sur le pays", détaille Emmanuel Demaël.

En général, on observe ces épisodes de grande chaleur "entre mi-juillet et mi-août, c'est bien plus rare en juin", indique Emmanuel Demaël à franceinfo. "En termes de durée, ce n'est pas exceptionnel : c'est vraiment l'intensité qui est remarquable." Pour le prévisionniste, il est encore "impossible de savoir si l'on atteindra un phénomène de canicule équivalent à 2003", lors duquel 19 000 personnes étaient mortes à cause de la chaleur.

Le Centre et l'Est particulièrement concernés 

Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo France, fait le point sur ce qui attend le pays pour la semaine prochaine. A partir de lundi, on aura une vague de forte chaleur de "la basse vallée du Rhône au nord de l’Auvergne, jusqu’à la Bourgogne ainsi que sur le Centre et le long de la Loire", indique-t-il à franceinfo. Dans ces zones, l'air sera étouffant : on frôlera les 40 °C à l'ombre. 

Ces fortes températures monteront progressivement vers le nord pour atteindre, mardi, l'Ile-de-France, où les seuils de canicule seront atteints. A partir de mercredi, la chaleur "gagnera la majeure partie du territoire, excepté peut-être en Bretagne et sur les Hauts-de-France". Une grande partie du département de la Manche devrait également être épargnée.

Le week-end du 29 et 30 juin sera encore très chaud, "mais les températures commenceront à baisser à partir de dimanche", précise Emmanuel Demaël. 

A Paris, il fera jusqu'à 37 °C à l'ombre  

Dans le bassin parisien, les seuils de canicule seront atteints : "Sur Paris, on aura entre 32 à 34 °C lundi et 35 à 37 °C mardi", détaille Emmanuel Demaël. "De mercredi à vendredi, on atteindra les températures maximales, situées entre 36 et 39 °C", ajoute-t-il, précisant que les minimales ne descendront pas la nuit en dessous de 22 °C. 

La capitale et les grandes agglomérations urbaines comme Lyon souffriront particulièrement de la chaleur car, durant la journée, "les bâtiments et les routes goudronnées emmagasinent de la chaleur, qu’ils rejettent une fois la nuit tombée" pointe le prévisionniste.