Brevet des collèges : les candidats ayant un billet d'avion ou de train non annulable pourront passer la session de septembre, affirme Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Éducation nationale a détaillé les critères selon lesquels il est possible pour les élèves de troisième de ne pas passer le brevet les 1er et 2 juillet prochains, par exemple en cas de déplacements prévus en train ou en avion.

FRANCEINFO

"Les circonstances familiales justifiées seront un critère suffisant pour passer le brevet à la session de septembre", a annoncé sur franceinfo Jean-Michel Blanquer mardi 25 juin. Le ministre de l'Éducation nationale a donné plus d'explications sur les conditions qui permettront aux 700 000 élèves de troisième de passer les épreuves écrites du brevet des collèges en septembre en cas d'empêchement majeur.

>> DIRECT. Canicule : des crèches et écoles seront fermées jeudi et vendredi dans le Val-de-Marne

"J'ai demandé aux principaux de collège d'avoir une vision large de ce qu'est un empêchement, et donc en montrant une preuve, comme le fait qu'on a un titre de transport qui n'était pas annulable", assure-t-il. Interrogé sur la possibilité de présenter un mot écrit des parents, le ministre répond que "tout ceci sera donné aux principaux de collèges pour leur permettre d'avoir les points de repères nécessaires."

Chacun va vivre cela à sa façon selon les circonstances et je ne peux que comprendre ceux que cela met dans une situation difficile.

Jean-Michel Blanquer

à franceinfo

Le gouvernement a décidé de reporter au début de la semaine prochaine les épreuves prévues jeudi et vendredi en France métropolitaine en raison de la canicule. Les élèves de troisième passeront leur examen lundi et mardi prochains. Le calendrier est inchangé dans les départements d'outre-mer. "Je vais donner des critères aux chefs d'établissements, je parle avec tous les recteurs de France cet après-midi de ces questions donc il va y avoir des points de repères, des consignes", répète Jean-Michel Blanquer.

Annuler le brevet des collèges "aurait été une mauvaise chose", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale, soulignant que c'est "le premier diplôme que passe un jeune dans sa vie" et que le brevet "a quelque chose d'important et de solennel", bien qu'il ne soit pas "indispensable" pour continuer sa scolarité.

Nous avons beaucoup échangé avec Météo France avant de prendre cette décision.

Jean-Michel Blanquer

à franceinfo

"Bien sûr cela crée des désorganisations", a reconnu  Jean-Michel Blanquer, mais "avant de prendre cette décision, j'ai fait le tour des organisations syndicales et des parents d'élèves, la Peep bien entendu, et la FCPE" et "toute personne responsable comprend que, les choses étant ce qu'elles sont, c'était la décision à prendre".

"J'aurais préféré ne pas avoir à prendre cette décision. Il y a des moments où vous devez prendre vos responsabilités. Et que n'aurait-on dit si jeudi et vendredi nous avions eu des élèves dans des situations de santé éventuellement graves ? Et que n'aurait-on dit si des milliers d'élèves avaient été dans des situations en réalité de complètement rater leur examen ? Parce qu'au-dessus de 40 degrés, c'est quand même très difficile de se concentrer et de donner le meilleur de soi-même", a conclu le ministre.

Jean-Michel Blanquer était l\'invité de franceinfo mardi 25 juin 2019.
Jean-Michel Blanquer était l'invité de franceinfo mardi 25 juin 2019. (FRANCEINFO)