Lingerie : de jolis produits à prix modestes

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 16/12/2013Durée : 00h50

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bretagne, vendredi dernier, une jeune femme a retrouvé un doudou dans un train. Elle a aussitôt imaginé la tristesse de l'enfant qui l'avait perdu. Nous retrouvons LoTc de la Mornais en direct de Londres. Bonjour. Racontez-nous ce qu'elle a imaginé.

LoTc de la Mornais: C'est la jolie histoire du week-end. Vendredi dernier, cette petite fille va perdre son doudou. Une passagère arrive et trouve le doudou. Elle va se lancer dans une campagne sur Internet pour retrouver le doudou. C'est un petit peu ce qu'avait fait Amélie Poulin avec des nains de jardin. Elle l'emmène un peu partout en Angleterre et elle est repérée par la maman de la petite fille.

La lingerie synonyme de volupté et de luxe, c'est en train de changer. On peut désormais trouver des sous-vêtements à prix très doux. Pour les Françaises, championnes d'Europe dans ce domaine c'est évidemment une bonne nouvelle.

Elle attire tous les regards. En rouge, en noir, avec de la dentelle ou de la soie, une lingerie délicate et de moins en moins chère. 9,95 E pour un soutien-gorge, 4,95 pour un string en dentelle.

Voilà : deux soutiens-gorge, 30 E! Je dépense plus maintenant pour de la lingerie.

Ça suit la mode, y a toutes les couleurs, tous les styles.

C'est plus des trucs un peu fous-fous mais simples et sobres.

Les Françaises sont les plus grosses acheteuses en Europe. Elles dépensent en lingerie 98 E par an. En 50 ans, un produit de luxe est devenu un accessoire de mode. Fini les sous-vêtements de nos grands-mères. Dans les années 1960, la dentelle envahit les présentoirs.

Ça plaît bien aux maris. Les messieurs faisait l'essayage à leurs dames.

Plus de matières, de formes et de liberté. De quoi séduire les nouvelles générations. Les moins de 25 ans sont celles qui dépensent le plus dans ce domaine.

Il y a des tas de gammes destinées aux ados. Ce n'était pas le cas il y a 30 ans. Ces nouvelles consommatrices aspirent a avoir toujours du nouveau.

Les marques se multiplient et cassent les prix. Mais comment font-elles ? Cette responsable le dit : il faut produire en masse.

En ayant beaucoup de boutiques, pour négocier plus facilement. Et faire fabriquer à l'étranger.

Certains parient plutôt de faire fabriquer en France à prix réduits. Cet atelier s'est fixé le défi de vendre en grandes surfaces une culotte à 15 E.

Techniquement, c'est de très beaux produits, très élaborés. Avec de la dentelle de Calais.

Un produit assemblé par 50 ouvrières à Bourg-en-Bresse. Parmi elles, 15 anciennes de Lejaby. Un savoir-faire unique mais cher. Pour baisser les coûts, le directeur a repensé la conception.

On va faire un produit un peu plus simple à fabriquer. Et avec des matières mieux placées en termes de prix. Des satins plutôt que de la soie, trois fois moins chers.

Au total, 30.000 ensembles vendus en hypermarchés depuis quelques semaines. Un choix militant pour cette enseigne de la grande distribution.

Le savoir-faire français n'est pas réservé aux produits chers. On peut proposer aujourd'hui des produits a des prix abordables.

Un geste qui reste une exception. 90 % de la lingerie vendue en France est fabriquée en Asie.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==