Tokyo 2020 : nouvel état d'urgence au Japon, une ombre sur les JO

Proclamé ce jeudi à Tokyo et dans plusieurs provinces japonaises, le nouvel état d'urgence prévu pour un mois ne devrait pas avoir d'incidence directe sur les Jeux Olympiques de Tokyo. Mais le contexte sanitaire et la reprise de l'épidémie sur l'archipel installent le doute, voire la défiance de l'opinion public. Mais le Japon veut faire de ses JO la "preuve de la victoire de l'Humanité".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PHILIP FONG / AFP)

"Nous déclarons l'état d'urgence" car "il est à craindre que l'expansion rapide du nouveau coronavirus dans tout le pays ait un important impact sur la vie des habitants et sur l'économie", a déclaré Yoshihide Suga, Premier ministre du Japon, en évoquant un "fort sentiment de crise".

Pour la deuxième fois en moins d'un an, l'état d'urgence a été déclaré dans la région du "grand Tokyo" face à la pandémie de coronavirus, qui s'aggrave au Japon. Mais ce dispositif, très différent de restrictions imposées ailleurs dans le monde, et prévu pour un mois, ne menace pas la tenue des JO cet été. Pour l'instant. Ce nouvel état d'urgence concerne quatre régions où se concentrent la plupart des cas de Covid-19: Tokyo et ses régions voisines Chiba (est), Kanagawa (ouest) et Saitama (nord). Il permet aux gouverneurs des régions concernées de demander aux habitants de limiter leurs déplacements et aux commerces de restreindre leurs activités. 

Les Japonais veulent un report

Concrètement, les restaurants et bars des régions concernées vont être invitée à cesser de servir de l'alcool à 19h00 et de fermer à 20h00, sauf pour les plats à emporter et les livraisons. D'autres établissements comme les salles de sport devraient aussi être priées de limiter leurs horaires d'ouverture, et les autorités vont recommander aux habitants d'éviter les sorties non essentielles, surtout le soir.  Les écoles devraient rester ouvertes et les grands événements seront autorisés à 50% des capacités d'accueil et dans une jauge de 5.000 personnes maximum. Et les JO dans tout ça ?

Le gouvernement japonais et les organisateurs de Tokyo-2020 maintiennent que les Jeux Olympiques, reportés à cet été en raison de la pandémie, doivent se tenir coûte que coûte. Le Premier ministre Yoshihide Suga a répété cette semaine que le Japon était plus que jamais déterminé à ce qu'ils aient lieu, comme "preuve de la victoire de l'humanité sur le virus". Mais l'opinion publique japonaise, avant même l'état d'urgence, est majoritairement opposée à la tenue des Jeux cette année, préférant un nouveau report ou une annulation pure et simple. 

Le renforcement des restrictions aux frontières ces dernières semaines pourrait théoriquement affecter les visites de responsables olympiques, tandis que les athlètes ne devraient pas commencer à arriver avant plusieurs mois. Cependant, certains experts sanitaires japonais ont averti que l'état d'urgence devrait durer environ deux mois pour avoir un véritable effet, se rapprochant ainsi de la nouvelle date du 25 mars pour le début du relais de la flamme olympique.

Avec AFP

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.