Cet article date de plus de sept ans.

Sotchi: la loi anti-gay jette un froid

Vladimir Poutine a promulgué fin juin 2013 une loi interdisant tout acte de «propagande homosexuelle» devant mineurs. Le texte est jugé discriminatoire par des associations russes de défense des droits de l’Homme et provoque une vague d’indignation dans le monde. Des appels au boycott des jeux Olympiques d’hiver de Sotchi, en février 2014, ont même été lancés. Des JO chers au président russe...
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Vladimir Poutine, le président de la fédération de Russie

Vladimir Poutine a bien l'intention de faire des Jeux de Sotchi une vitrine pour la Russie. Mais le tollé international que suscite sa loi anti-gay, dont les contours sont flous, pourrait quelque peu ternir l'image de cet événement planétaire. A quatre mois des jeux Olympiques, qui se déroulent du 7 au 23 février 2014 dans la station balnéaire russe située au bord de la mer Noire, non loin des Carpates, le CIO a fait savoir qu'il n'avait «pas vocation à discuter des lois dans les pays dans lequels étaient organisés les JO».

Discréditer les futurs JO

Vladimir Poutine, qui a usé de toute son influence pour décrocher en 2007 l'organisation des JO, se défend de toute homophobie et justifie cette loi par la lutte contre le déclin de la polulation de Russie. «Les personnes qui sont à l'origine de cette loi sont parties du principe que les mariages de même sexe ne produisaient pas d'enfants», a-t-il affirmé. «Nous voyons qu'il y a des tentatives de discréditer le déroulement des futurs Jeux olympiques et, malheureusement, nous voyons que ces tentatives viennent en particulier des Etats-Unis», a encore estimé le chef de l'Etat russe, sourd aux critiques récurrentes dénonçant la banalisation de l’homophobie en Russie.

Dominique Cettour-Rose

Retrouvez l'article en intégralité sur le site geopolis

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.