Les Jeux Olympiques de Tokyo 2021

JO de Tokyo : Roxana Maracineanu espère que la France va "grappiller deux places" pour passer de 7e à 5e au classement des nations à Paris

La ministre déléguée chargée des Sports était l'invitée de France Inter lundi matin. Selon elle, les athlètes français doivent 'bien figurer" à Tokyo afin de se positionner pour les prochains Jeux à Paris en 2024. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Roxana Maracineanu était l'invitée de France Inter lundi 19 juillet.  (FRANCE INTER)

"Notre objectif c'est de grappiller deux places dans le classement des nations, passer de la 7e à la 5e nation pour Paris", a fait savoir Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports lundi 19 juillet sur France Inter. À cinq jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, qui doivent se tenir du 23 juillet au 8 août, la ministre a estimé qu'il "faut d'ores et déjà bien figurer" au classement "pour bien figurer à Paris dans trois ans".

"C'est une première étape pour nos jeunes qui vivent des Jeux pour la première fois, c'est bien d'avoir une expérience précédente afin de réussir l'étape pour laquelle on se prépare."

Roxana Maracineanu

"Il faut avoir cette ambition d'arriver plus haut que la 7e nation aux Jeux olympiques et pour cela il faut améliorer le nombre de médailles, notamment sur les paralympiques où on est sur une trajectoire ambitieuse pour Paris 2024", a déclaré Roxana Maracineanu. Elle vise "une quarantaine de médailles".

"On en a eu 42 aux Jeux olympiques de Rio, 28 en paralympique où ce serait bien qu'on dépasse les 30-35 [à Tokyo]", a-t-elle espéré. Pour motiver les sportifs, les primes en cas de médailles ont été valorisées : 65 000 euros pour une médaille d'or, 25 000 pour la médaille d'argent et 15 000 euros pour une médaille de bronze.

"Ces Jeux doivent être un nouveau départ" 

La ministre déléguée chargée des Sports, interrogée sur la tenue des Jeux en pleine crise sanitaire, a estimé que leur maintien était "important sportivement" pour les sportifs mais aussi pour les citoyens. "C'est aussi montrer au monde qu'on peut vivre avec ce virus. Ces Jeux olympiques, comme tous les grands évènements sportifs qu'on vient de vivre, le Tour de France, l'Euro de football, c'est aussi donner de l'espoir et du sens pour l'avenir à toute la population mondiale, ces Jeux doivent être marqués du sceau de la renaissance, d'un nouveau départ", a indiqué Roxana Maracineanu.

Elle a par ailleurs précisé que "quasiment 90% des athlètes [Français] qui sont à Tokyo en ce moment sont vaccinés". La ministre a toutefois regretté que "le mouvement sportif" ne se soit pas davantage positionné concernant la vaccination, en ne plaidant pas pour une vaccination obligatoire de tous les athlètes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.