JO 2020 : la Grande-Bretagne perd sa médaille d'argent du 4x100 m de Tokyo après un test antidopage positif

Le relayeur britannique Chijindu "CJ" Ujah avait été testé positif en août 2021. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Chijindu Ujah (à gauche) avait remporté la médaille d'argent sur le relais 4x100 m avec la Grande-Bretagne, le 7 août 2021 aux Jeux olympiques de Tokyo. (JAVIER SORIANO / AFP)

Une médaille en moins pour la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques. La Chambre antidopage du Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé vendredi 18 février que la médaille d'argent britannique du relais 4x100 m remportée aux Jeux de Tokyo avait été retirée. En cause : le contrôle positif lors des JO du sprinteur "CJ" Ujah, membre de l'équipe britannique du relais. 

Lors du test antidopage de l'athlète britannique effectué en août dernier après le relais du 4x100 m, des substances prohibées, de l'Ostarine et du S-23, avaient été détectées. Ces stéroïdes interdites sont généralement utilisés pour augmenter la masse musculaire.

"J'accepte la décision du TAS avec tristesse", a réagi Ujah dans un communiqué publié par la fédération anglaise d'athlétisme, UK Athletics, qui a précisé :"Je voudrais clarifier le fait que j'ai consommé sans le savoir un complément alimentaire contaminé et que c'est la raison pour laquelle une règle antidopage a été violée pendant ces JO de Tokyo."

Deuxième entre l'Italie et le Canada

En confirmant le test positif du sprinteur, la Chambre antidopage du Tribunal arbitral du sport (TAS) disqualifie donc les résultats de CJ Ujah, dont la médaille d'argent de l'équipe britannique sur le relais. Le sprinteur de 27 ans, et ses co-équipiers - Zharnel Hughes, Richard Kilty et Nethaneel Mitchell-Blake - avaient pris la deuxième place derrière l'Italie et devant le Canada qui devrait donc remonter sur la deuxième marche du podium et la Chine. Pour rappel, la finale s'était disputée sans le grand favori américain, éliminé en séries.

Quant aux autres sanctions possibles pour le Britannique, le TAS renvoie la balle à World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme, qui est "invitée à envisager toute autre action dans sa propre juridiction et conformément à ses propres règles, y compris la détermination de toute période d'inéligibilité".

C'est pour l'instant la seule médaille retirée pour dopage à l'issue des JO de Tokyo, une annonce qui intervient le jour même où la sprinteuse nigériane Blessing Okagbare a elle été lourdement sanctionnée de 10 ans pour dopage, exclue des JO de Tokyo avant les demi-finales du 100m.

Ce n'est pas la première fois qu'une médaille est retirée à un relais 4x100 m en raison du contrôle positif d'un de ses membres : cela avait été le cas chez les hommes en 2008 avec la Jamaïque (or), en 2012 avec les Américains (argent), et, chez les femmes, en 2008 avec les Russes (or). Des médailles ont également été retirées à deux stars du sprint, le Canadien Ben Johnson et l'Américaine Marion Jones.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.