Cet article date de plus de trois ans.

JO 2018 : La sélection olympique russe tient sa finale en hockey

Les hockeyeurs russes sous bannière olympique se sont qualifiés pour la finale du tournoi de hockey en dominant la République Tchèque (3-0). Pour la médaille d'or ils affronteront l'Allemagne, vainqueur surprise du Canada (4-3).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Russe Gusev devance le Tchèque Polasek  (VLADIMIR ASTAPKOVICH / SPUTNIK)

Même sans ses meilleurs joueurs évoluant en NHL (Ovechkin, Malkin...), la Russie reste un formidable réservoir à hockeyeurs de talent. Et surtout une remarquable machine collective, guidée par des "anciens" comme Kovalchuk ou Datsyuk. Ces deux joueurs, passés par la prestigieuse ligue nord-américaine, ont su apporter leur expérience aux plus jeunes pour les transcender face aux Tchèques. 

Après un premier tiers-temps relativement équilibré, même si la Russie avait déjà plus tiré au but que son adversaire (9 contre 6), la "Red Army" se détachait une première fois au score grâce à un tir lointain de Gusev. Un temps douteux (un joueur ayant gêné Francouz, le gardien tchèque, au moment du tir), le but était finalement accordé. Puis, dans la foulée, les Russes enfonçaient le clou grâce à une frappe sans contrôle splendide du défenseur Gavrikov (2-0). Une dernière réalisation de Kovalchuk, dans les ultimes secondes et alors que la République Tchèque évoluait sans gardien, scellait définitivement la rencontre. 

L'équipe russe était entrée doucement dans le tournoi, battue par la faible Slovaquie en ouverture. Mais depuis elle a dominé allègrement tous ses adversaires et elle se retrouve en bonne position pour "venger" sa devancière, seulement 5e de "ses" Jeux à Sotchi. Jamais titrée depuis l'éclatement du bloc soviétique (meilleur résultat : une 2e place en 1998), elle est bien partie pour décrocher le Graal. Mais pour ça, il faudra encore battre l'Allemagne ou le Canada.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.