JO 2021 - Tir à l'arc : les trois choses à savoir sur Lisa Barbelin, l'archère tricolore qui vise le titre olympique

Sacrée championne d'Europe en juin dernier, Lisa Barbelin court après le premier titre olympique du tir à l'arc français féminin en individuel.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sacrée championne d'Europe de tir à l'arc en juin, Lisa Barbelin fait ses premiers pas aux Jeux olympiques le 29 juillet 2021 à Tokyo. (ADEK BERRY / AFP)

Le tir à l'arc français retient son souffle. Après son élimination en quart de finale du double mixte avec Jean-Charles Valladont (une épreuve qui faisait sa première apparition aux JO), Lisa Barbelin s'attaque à l'épreuve individuelle jeudi 29 juillet à partir de 9h20. La jeune femme, originaire de Moselle, est la seule représentante tricolore de la compétition et la dernière chance de médaille de la discipline à Tokyo. Voici ce qu'il faut savoir sur l'archère de 21 ans. 

Montée en flèche

Tout réussit à Lisa Barbelin en 2021. Celle qui a découvert le tir à l'arc à 9 ans grâce un oncle mordu de la discipline a impressionné ces derniers mois : pour sa deuxième saison chez les seniors, la jeune Moselane est déjà montée sur quatre podiums internationaux. En juin, à peine 48 heures après avoir remporté le tournoi de qualification pour Tokyo à Antalya (Turquie), sa deuxième victoire internationale, la Tricolore a superbement récidivé en s'imposant aux championnats d'Europe, un sacre continental qui échappait à la France depuis 13 ans.

Ses belles prestations ont un temps propulsé Barbelin en tête du classement mondial de World Archery (au détriment de Kang Chae Young, la Coréenne numéro 1 depuis mai 2019 n'ayant participé à aucune compétition internationale cette année). 

Une pianiste hors-pair

Quand elle n'est pas à l'entraînement, Lisa Barbelin suit une licence de chimie à La Sorbonne. Mais c'est dans le monde musical qu'elle aurait pu faire carrière : férue de piano, elle pratique l'instrument depuis ses 10 ans.

Une passion qui lui vient de son père, professeur de piano, et qui lui sert au quotidien sur le pas de tir. "L’archère que je suis est différente grâce à la musique. Ça joue sur la dextérité, et aussi sur le fait que si je fais une boulette, ce n’est pas grave, il faut poursuivre, comme quand on fait une fausse note", a-t-elle raconté à 20 minutes

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lisa Barbelin (@lisa.barbelin)

Vers un titre olympique inédit chez les femmes ?

Comme plusieurs autres athlètes présents à Tokyo, le report d'un an des Jeux a réussi à la pensionnaire de l'INSEP. “Je pense que cette année a été très bénéfique, a-t-elle expliqué à L'Équipe après son titre européen. Mes compétences techniques sont plus solides, je me sens très stable dans ce que je produis. Je peux croire en mes ambitions et me donner les moyens de réussir.” 

En pleine progression, Lisa Barbelin espère profiter de ses récents résultats pour marquer l'histoire du tir à l'arc français. À Tokyo, elle vise un podium qui serait inédit pour une archère tricolore. Si Virginie Arnold, Sophie Dodémont et Bérengère Schuh avaient décroché le bronze lors de l'épreuve par équipes à Beijing 2008 (unique breloque du tir à l'arc tricolore féminin), la France est à la recherche de sa première breloque olympique en individuel chez les femmes (seul Sébastien Flute avait décroché l'or à Barcelone il y a 29 ans).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tir à l'arc aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.