JO 2021 : la chute des géants, un titre historique et un record du monde... Ce qu'il faut retenir de la journée de vendredi à Tokyo

Vous avez manqué l'essentiel de ce qu'il s'est passé lors de la septième journée des Jeux olympiques au Japon ? Petite séance de rattrapage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Teddy Riner et Novak Djokovic n'ont pas réussi à décrocher la médaille d'or, vendredi 30 juillet. (AFP)

Le vendredi 30 juillet sera à oublier pour la délégation française. À Tokyo, les espoirs de médailles d'or se sont rapidement évanouis dans plusieurs disciplines côté tricolore, même si les Bleus ont tout de même engrangé deux breloques en bronze. Cette septième journée des Jeux olympiques a également marqué le début des épreuves d'athlétisme avec des performances détonantes sur 100 m féminin. Franceinfo: sport vous résume ce que vous avez peut-être manqué vendredi aux JO.

La journée des Bleus : le bronze comme lot de consolation

43 minutes cauchemardesques pour la délégation française. Entre 5h14 et 5h56 cette nuit (heure française), l'équipe de France a connu quatre désillusions d'affilée, à l'épée, en BMX masculin et féminin et, surtout, en judo. Teddy Riner a chuté avec fracas en quarts de finale (+100kg) dans sa quête d'un troisième sacre olympique d'affilée. Une défaite inattendue qui n'a pas empêché le Français de se rattraper en allant chercher la médaille de bronze. Une breloque qui revient également à Romane Dicko dans sa catégorie (+78kg), quelques minutes avant Riner.

Parti pour aller chercher un troisième titre olympique, Teddy Riner repart avec le bronze de Tokyo. Pas de triplé doré mais le monstre français offre une 13e médaille au clan tricolore.

Tennis : Djokovic abandonne ses rêves de Grand Chelem doré

Un crash en plein vol. Novak Djokovic, intouchable depuis le début du tournoi olympique de tennis, semblait parti pour aller décrocher sans encombre la médaille d'or. C'était sans compter sur Alexander Zverev, qui a fait tomber le Serbe en trois sets et 2h03 de jeu ce vendredi (1-6, 6-3, 6-1). Tout semblait pourtant bien parti pour Djokovic après un premier set expéditif. Zverev en jetait même sa raquette au sol de dépit au milieu de la deuxième manche. Mais l'Allemand, n°5 mondial, a su renverser la tendance pour faire chuter le Serbe en alignant notamment huit jeux d'affilée. Il affrontera Karen Khachanov en finale.

Djokovic tombe de haut, lui qui souhaitait prendre sa revanche sur les Jeux de Rio au cours desquels il s'était incliné dès le premier tour. Lui, surtout, qui visait un Grand Chelem doré (les quatre titres du Grand Chelem et les JO remportés la même année). Il tentera de se consoler avec une médaille de bronze lors du match pour la troisième place face à Pablo Carreño Busta. Et comme rien n'allait dans le bon sens pour Djokovic vendredi, il s'est incliné en demi-finales du double mixte avec Nina Stojanovic contre Aslan Karatsev et Elena Vesnina (7-6 [4], 7-5).

Tennis (H) : le résumé de Djokovic vs Zverev

Athlétisme : le 100 m féminin déjà foudroyant

Voilà qui est prometteur pour la suite des épreuves sur la piste du stade olympique de Tokyo. Le 100 m féminin a connu des séries supersoniques vendredi midi pour le début de l'athlétisme aux JO, sur une piste qui semble rapide. Très rapide même, puisque plusieurs records personnels et nationaux ont été battus et que six sprinteuses ont été flashées en-dessous des 10"96.

La plus rapide a été l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, qui a égalé le record d'Afrique (10"78) malgré un vent défavorable. Jamais une sprinteuse n'avait couru aussi vite lors d'un premier tour de 100 m aux JO. Mujinga Kambundji a de son côté battu le record national de Suisse lors de la deuxième série (10"95) avant que Ajla del Ponte ne l'améliore quelques minutes plus tard (10"91). Signe que ces séries ont offert des performances étonnantes, Del Ponte a battu son record personnel de quinze centièmes ! Cette dernière a profité d'un vent favorable tout comme les deux favorites jamaïcaines, Shelly-Ann Fraser-Pryce et Elaine Thompson, qui ont assuré en 10"84 et 10"82, en relâchant leur effort avant la ligne d'arrivée.

Shelly-Ann Fraser-Pryce lors des séries du 100m dans le stade olympique de Tokyo, le 30 juillet (JEWEL SAMAD / AFP)

Escrime : le Japon s'offre un titre inédit

Pour réussir ses Jeux olympiques à domicile, le Japon est prêt à s'aventurer en terrain inconnu. C'est ce que le pays organisateur a fait vendredi en remportant son tout premier sacre olympique en escrime. Masaru Yamada, Koki Kano et Satoru Uyama se sont imposés en finale de l'épée par équipes contre le Comité olympique russe (45-36) et sont devenus les tous premiers Japonais médaillés d'or dans cette discipline.

Plus tôt dans la journée, ils avaient éliminé la France in extremis en quarts (45-44) avant de battre la Corée du Sud en demi-finales (45-38). Ce nouveau titre olympique permet au Japon de conserver sa deuxième place au tableau des médailles derrière la Chine. Il offre surtout au pays organisateur un record, chez lui : jamais le Japon n'avait engrangé 17 médailles d'or lors d'une édition des JO (16 remportées en 1964 et 2004). C'est dorénavant chose faite, après seulement une semaine de compétition.

Les épéistes japonais, premiers Nippons à remporter une médaille d'or en escrime aux Jeux olympiques, le 30 juillet à Tokyo (MOHD RASFAN / AFP)

Natation : le 200 m 4 nages tient le successeur de Phelps

Cela faisait 21 ans et quatre Jeux olympiques que personne d'autre que Michael Phelps n'avait remporté une médaille d'or sur le 200 m 4 nages. En l'absence de l'Américain, retraité depuis cinq ans, Shun Wang a mis fin à cette série vendredi. Le Chinois, médaillé de bronze sur la distance à Rio, a déjoué tous les pronostics pour s'imposer en 1'55"00 – nouveau record d'Asie – devant le Britannique Scott Duncan (1'55"28) et le Suisse Jérémy Desplanches (1'56"17).

Avant le règne de Phelps, Massimiliano Rosolino était le dernier champion olympique sur 200 m 4 nages, aux JO de Sydney en 2000. Shun Wang prend donc la succession de l'Américain et de l'Italien et remporte, à 27 ans, sa deuxième médaille aux JO et son tout premier titre olympique. Éliminé lors des séries du 400 m 4 nages – battu notamment par le Français Léon Marchand – Wang va pouvoir rentrer en Chine avec une médaille d'or autour du cou.

Wang Shun est donc le premier à succéder au roi Michael Phelps. Le Chinois s'impose en 1:55:00 et devance le Britannique Duncan Scott et la surprise suisse Jérémy Desplanches.

Natation : premier record du monde individuel

On s'attendait à des records du monde en natation. Il aura finalement fallu attendre le septième jour de compétition dans le bassin du centre aquatique de Tokyo pour en voir un tomber. La Danoise Rikke Moller Pedersen détenait depuis 2013 celui du 200 m brasse (2'19"11). Elle vient d'être détrônée par Tatjana Schoenmaker, qui s'est imposée vendredi en finale de la distance.

La Sud-Africaine a parcouru les 200 mètres en 2'18"95, battant ainsi le record de Pedersen de 16 centièmes. Une performance exceptionnelle qui lui permet de remporter son premier titre olympique, à 24 ans. Schoenmaker a devancé les deux Américaines Lilly King et Annie Lazor.

Tatjana Schoenmaker célèbre son succès en finale du 200m brasse aux Jeux olympiques de Tokyo, le 30 juillet (TETSU JOKO / YOMIURI)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tennis aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.