Coupe du monde de ski alpin : après sa lourde blessure il y a près d'un an, Kilde est revenu aux sommets

Deuxième au classement général, Aleksander Aamodt Kilde part favori du Super-G de Wengen ce jeudi, après avoir remporté les trois dernières manches de la spécialité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Aleksander Aamodt Kilde célèbre sa victoire sur le Super-G de Val Gardena, le 17 décembre 2021 (TIZIANA FABI / AFP)

Il y a près d’un an jour pour jour, une nouvelle fracassante venait impacter le suspense qui se jouait en tête du classement général de la Coupe du monde. Le 16 janvier 2021, l’équipe de Norvège annonce la fin de saison d’Aleksander Aamodt Kilde après une violente chute du skieur à l’entraînement en Autriche. Alors deuxième au classement général, Kilde laisse filer Alexis Pinturault vers le gros globe de cristal. Mais l’essentiel est ailleurs pour le Norvégien. Le verdict de la blessure est lourd : rupture du ligament croisé du genou droit.

Un an plus tard, Kilde va se présenter ce jeudi 13 janvier en favori du Super-G de Wengen (Suisse) après avoir remporté les trois dernières manches de la spécialité. Impensable il y a encore quelques mois au vu de la nature de sa blessure et du ski très engageant pratiqué par le Norvégien de 29 ans, au physique imposant (1,81m, près de 100 kg). Mais en soignant sa rééducation et son moral après cette rupture du ligament croisé, Kilde s’est offert un retour supersonique sur les pistes et au plus haut niveau.

Après avoir été coupé en plein élan l’hiver dernier, alors qu’il s’apprêtait à enchaîner les épreuves de vitesse pour revenir au classement général sur Pinturault, Kilde a bien débuté la saison 2021-2022. Une 9e place sur la descente à Lake Louise (Canada) le 27 novembre pour son retour, suivie d’une erreur sur le Super-G de Beaver Creek (États-Unis) quelques jours plus tard, n’ont pas empêché le décollage de la fusée en décembre.

Un retour retentissant

En l’espace de quelques semaines, Kilde a enchaîné quatre victoires, dont trois en Super-G. De quoi impressionner tout le circuit, y compris le premier concerné, comme il l’a expliqué à l’AFP début janvier : "C’est incroyable. Je n’aurais jamais pu l’imaginer moins d’un an après ma blessure au genou. C’est incroyable d’avoir pu revenir si vite et à un tel niveau." Sa dernière victoire à Bormio le 29 décembre lui a permis de reprendre la tête du classement de Super-G, spécialité dont il a remporté le petit globe en 2016.

Nouveau dauphin de Marco Odermatt au général, Kilde devrait voir dans les prochaines semaines l’opportunité d’aller grappiller quelques points pour tenter de revenir sur le Suisse, qui a annoncé son intention de faire l’impasse sur le Super-G de Wengen. Odermatt compte certes 376 unités d’avance sur le Norvégien, mais pourrait voir son avance fondre avant les Jeux de Pékin. Après le Super-G et les deux descentes de Wengen, Kilde enchaînera ainsi avec les deux descentes de Kitzbühel.

Difficile pour autant d’envisager aller chercher le gros globe de cristal, que Kilde avait remporté en 2020 après le règne long de huit ans de Marcel Hirscher. "Je prends les courses les unes après les autres. J’ai déjà gagné le général, c’était extra. Mon principal objectif est de le refaire mais avec mon genou, je dois rester prudent, je ne veux pas me blesser une nouvelle fois", expliquait Kilde début janvier.

L'impasse stratégique sur les géants

De retour à son meilleur niveau, le Norvégien doit faire avec un handicap important par rapport à la concurrence : les séquelles de sa blessure. "Je dois toujours faire attention, le corps doit être traité avec respect. Ma récupération après une course n’est pas la même, j’ai toujours des douleurs dans le genou, détaillait Kilde. Je ne peux plus avoir un programme aussi chargé qu’avant, mon genou ne pourrait pas supporter. Au moins pour cette saison, je dois être prudent."

Aleksander Aamodt Kilde lors du Super-G de Bormio, le 29 décembre 2021 (FABRICE COFFRINI / AFP)

Pour ne pas trop charger la mule, Kilde n’a participé à aucun slalom géant depuis le début de la saison. Une spécialité qui lui avait tout de même permis d’aller chercher 225 points l’année de son titre, en 2020. Début janvier, le Norvégien avait annoncé vouloir participer au géant d’Adelboden (Suisse) le 8 janvier, avant de renoncer. Signe que le champion est dans le calcul cette saison, loin de s’abandonner à ses ambitions les plus folles pour tenter d’aller rattraper Odermatt au général.

Effacer l'échec des Jeux de 2018

Kilde n’en oubliera pas pour autant que le mois de janvier sera décisif avec les épreuves à venir à Wengen et Kitzbühel (Autriche). Un enchaînement qui ne lui a jamais vraiment réussi depuis ses débuts sur le circuit (une 2e place sur le Super-G de Kitzbühel en 2020 et une 3e place sur la descente de Wengen en 2019). Malgré tout, le Norvégien fait figure de favori alors que sa chute à l’entraînement en Autriche semble déjà bien derrière lui.

"Je suis en confiance", rappelait Kilde il y a une dizaine de jours, avant d’évoquer l’autre objectif des prochaines semaines : les Jeux olympiques. "Je veux garder cette confiance jusqu’aux Jeux". En 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud), Kilde avait terminé à des décevantes 13e et 15e place en Super-G et descente. Après avoir raté les Mondiaux de Cortina d’Ampezzo l’an dernier à la suite de sa blessure, le Norvégien de 29 ans ne ratera pour rien au monde l’occasion d’essuyer cet échec.

La période semble en tout cas propice. Et ce, même si son erreur lors de la descente à Val Gardena le 18 décembre dernier, sur sa "piste préférée" (la Saslong), a prouvé qu’il n’était pas encore infaillible. Kilde a tout de même réalisé mercredi le deuxième meilleur temps à l’entraînement sur la descente, du côté de Wengen. Aucun entraînement n’était prévu pour le Super-G. Sauf surprise, Kilde devrait terminer parmi les leaders ce jeudi. Une belle manière de clore un cycle de douze mois très animé pour le Norvégien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.