JO d'hiver de Pékin : la Chine veut des Jeux écolo-compatibles

écouter (4min)

Le coup d’envoi des Jeux olympiques d’hiver sera donné le 4 février à Pékin. Tout est prêt et les Chinois, plus gros pollueurs de la planète, veulent profiter de ces Jeux pour montrer leur savoir-faire en matière d’écologie et de développement durable.

Article rédigé par
Sébastien Berriot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Canon à neige utilisé dans les montagnes du Hebei pour les Jeux olympiques d'hiver 2022 (SEBASTIEN BERRIOT / RADIO FRANCE)

Lorsqu’on survole la station de ski de Chongli dans une télécabine, le spectacle est magnifique avec les montagnes, mais il y a comme une anomalie. On est en plein hiver dans cette province du Hebei, mais la végétation est totalement apparente. En-dehors des pistes, il n’y a quasiment pas de neige. Dans le secteur il ne tombe pas plus d’un mètre sur l’ensemble de la saison.

La neige des JO sera donc presqu'à 100% artificielle, grâce aux canons installés au bord des pistes. Mais les autorités le martèlent : la fabrication de la neige ne coûtera pas cher en eau. "Nous avons utilisé environ 300 000 mètres cubes d'eau pour fabriquer la neige, ici, pour trois sites de compétition, explique Jia Maotiang, directeur général de l’exploitation des sites olympiques sur la municipalité de Zhangjiakou. En été dans la région, il pleut dès qu'il y a des nuages. Nous avons recueilli l'eau de pluie et nous avons stocké tout cela dans un grand réservoir de 200 000 mètres cubes, construit en 2018. Et il y a cinq autres petits réservoirs : on n'a pas besoin de l'eau des lacs ou de puiser dans les nappes souterraines."

Des éoliennes pour le chauffage des hôtels

Sur les hauteurs de la station, plusieurs champs d’éoliennes seront bien visibles pendant les Jeux pour montrer que la Chine, championne du charbon, sait aussi fabriquer de l’énergie propre. "Nous utilisons de l'électricité qui arrive notamment d'un parc éolien, pour assurer notamment le chauffage des chambres d'hôtel, détaille Li Zhenlong, responsable de la construction du site olympique de ski de fond. La station n'est pas reliée au gaz et il n'y a pas de charbon. C'est une énergie absolument propre, grâce aux éoliennes."

Et la Chine veut aussi profiter de ces JO pour montrer au monde sa capacité à fermer et reconvertir certains site industriels du pays parmi le plus polluants.  Le complexe sidérurgique de Shougang à Pékin, fermé en 2008, accueillera en février les compétitions de snowboard.

JO d'hiver de Pékin : la Chine veut des Jeux écolo-compatibles - Reportage de Sébastien Berriot
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.