JO 2022 : Martin Fourcade craint des Jeux qui "risquent d'être étranges à vivre" à Pékin

L'ancien biathlète à peur que les Jeux de Pékin "ne transcendent personne"

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Martin Fourcade lors des Étoiles du Sport, le 13 décembre, à Tignes. (CROSNIER JULIEN / KMSP)

Quintuple champion olympique en biathlon et désormais retraité, Martin Fourcade a estimé, mardi 14 décembre, que les prochains JO d'hiver à Pékin pourraient être "des Jeux qui ne transcendent personne et qui risquent d'être étranges à vivre" pour les sportifs qui évoluent sur neige, tout en évoquant la question des droits de l'Homme.

"Faire des Jeux d'hiver à Pékin, pour la neige, cela paraît étrange. Mais il faut sortir du point de vue du sportif transalpin avec les plus belles stations de ski du monde. Les Jeux d'hiver c'est aussi 50 % des disciplines qui sont issues des sports de glace. Et je ne suis pas beaucoup plus choqué de voir une patinoire à Pékin qu'à Paris ou à Montpellier", a d'abord souligné Fourcade, lors d'une rencontre avec des journalistes à l'occasion des Etoiles du sport à Tignes (Savoie).

"Aucun athlète n'est enchanté par cette situation"

"Mais si on regarde d'un point de vue athlète de neige, ce sont des Jeux qui ne transcendent personne et qui risquent d'être étranges à vivre. Mais les Jeux c'est aussi cela, une diversité, des compromis", a-t-il poursuivi.

Le super champion aux 13 médailles d'or mondiales n'a pas non plus éludé la question des droits de l'Homme en Chine, qui accueille les JO du 4 au 20 février et les Jeux paralympiques du 4 au 13 mars. "Il n'y a aucun athlète qui est enchanté de cette situation", a-t-il averti avant de temporiser.

"Je trouve que ce n'est pas aux sportifs de porter toutes les responsabilités et c'est compliqué selon moi, de rejeter la faute sur le mouvement sportif. Alors qu'en fait, dans tous les axes de la société, que ce soit économiquement par exemple, on achète au quotidien notre acier en Chine. Et il n'y a pas grand monde qui boycotte ce qui est fabriqué en Chine. Combien de personnes ont un iPhone fabriqué en Chine ?", a-t-il interpellé.

"C'est bien de demander aux sportifs de porter des valeurs. Mais en tant que société il faut aussi se regarder collectivement et se dire, que c'est compliqué de demander à des gens de faire des choses sur des compétitions pour lesquelles ils ont dédié quatre ans de leur vie. Je pense que si la seule interaction avec la Chine, c'était les Jeux olympiques d'hiver cela se saurait, et aujourd'hui ce n'est pas le cas", a-t-il conclu.

Martin Fourcade s'est porté candidat pour intégrer la commission des athlètes du Comité international olympique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Pékin 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.