JO 2022 : face aux menaces de boycott diplomatique des Etats-Unis, la Chine riposte

Joe Biden avait évoqué un possible boycott diplomatique des prochains Jeux olympiques de Pékin, jeudi 18 novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, lors d'une conférence de presse à Pékin, le 8 avril 2020. (GREG BAKER / AFP)

L'affrontement diplomatique entre les États-Unis et la Chine se fait aussi dans le monde du sport. Et c'est au tour de l'Empire du Milieu de riposter. Vendredi 19 novembre, la Chine a rejeté la menace de boycott diplomatique des JO de Pékin évoquée la veille par Joe Biden pour protester contre les violations des droits de l'Homme en Chine. 

"Mélanger la politique et le sport va à l'encontre de l'esprit olympique", a réagi devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian."Les accusations des États-Unis envers la Chine à propos des droits de l'Homme sont dénuées de vérité et totalement sans fondement", a-t-il ajouté.

Un problème qui dure

Cela fait plusieurs mois que le gouvernement américain cherche la meilleure façon de se positionner à l'égard des Jeux, les États-Unis ayant accusé la Chine de "génocide" contre les musulmans ouïghours du Xinjiang, dans le nord-ouest du pays. Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme accusent Pékin d'avoir interné au moins un million de musulmans dans des "camps de rééducation".  De leur côté, les autorités chinoises assurent qu'il s'agit de "centres de formation professionnelle" pour soutenir l'emploi et combattre l'extrémisme religieux.

Si de nombreuses personnalités politiques américaines se sont exprimées en faveur d'un boycott, les instances sportives sont plus mesurées. Le Comité olympique américain s'oppose de son côté à un boycott total, expliquant que les Jeux sont importants pour les athlètes après des mois de pandémie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Pékin 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.