Disparition de Peng Shuai : à quelques mois des JO d'hiver à Pékin, le CIO reste silencieux

Alors que la communauté sportive s'inquiète du sort de la joueuse de tennis, qui a accusé de viol un ancien vice-premier ministre chinois, le Comité International Olympique n'a toujours pas réagi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Comité International Olympique, Thomas Bach, lors d'une réunion à Lausanne le 10 mars 2021.  (GREG MARTIN / OIS/IOC)

"Il faut qu’on soit mobilisés et que le comité olympique se réveille à quelques mois des JO d’hiver en Chine". En marge du Masters de double qu'il dispute avec son compatriote Pierre-Hugues Herbert, Nicolas Mahut n'a pas hésité à tirer la sonnette d'alarme. Comme beaucoup, le joueur français s'étonne, et s'inquiète, du mutisme du CIO à propos de la disparition de Peng Shuai.

Cette dernière n'a plus donné signe de vie depuis maintenant dix jours après qu'elle a annoncé, sur un réseau social, avoir été la victime d'une agression sexuelle de la part de Zhang Gaoli, ancien vice-premier ministre du parti communiste. 

Alors que l'entière communauté sportive a prestement réagi à la suite de cette brutale disparition, l'organisme qui régit le sport olympique n'a toujours pas communiqué officiellement. Un silence de plus en plus pesant, surtout avec les Jeux olympiques d'hiver de Pékin (4 février - 20 février 2022) qui se profilent... 

Pris entre deux feux

La corrélation entre le lieu de la tenue de ces JO et la non prise de position de son organe dirigeant dans une affaire aux imbrications politiques aussi délicates n'est certainement pas fortuite.

Il est également aisé d'imaginer les responsables de Lausanne partagés entre le désir d'exprimer leur soutien à Peng Shuai et la crainte d'un possible sermont du gouvernement chinois, qui ne verrait pas d'un bon oeil une quelconque ingérence dans la gestion de cette crise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Pékin 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.