Réquisition des logements étudiants pour les JO-2024 : "Ils ont du mal à voir comment ils vont finir le mois, maintenant ils ne savent même pas où ils vont être logés", critique la Fage

"Cent euros" et "deux places" pour les JO... C'est ce qu'a annoncé la ministre de l'Enseignement supérieur aux étudiants délogés pour l'évènement. "Des mesurettes totalement à côté de leurs besoins" pour la Fédération des associations générales étudiantes.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le Crous de Paris (photo d'illustration) (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Les étudiants "ont du mal à voir comment ils vont finir le mois, maintenant ils ne savent même pas où ils vont être logés", a déclaré vendredi 27 octobre sur franceinfo la présidente de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), Maëlle Nizan, au lendemain de l'annonce de la ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau d'accorder une indemnité de "100 euros" et d'offrir "deux places" pour assister à des épreuves olympiques aux étudiants qui se verront réquisitionner leur logement Crous à l'été 2024. "Des mesurettes totalement à côté de leurs besoins", a estimé la présidente de la Fage, qui voit là une "source d'anxiété" supplémentaire pour les étudiants.

À l'occasion des Jeux à Paris, plus de 2 000 étudiants vont devoir être relogés car leur logement Crous, organisme qui gère notamment les résidences étudiantes, sera mis à disposition des pompiers, soignants, forces de l'ordre et membres de la sécurité civile. 

"Ces étudiants qui ont besoin de travailler l'été, ils ne savent pas où ils vont être logés en Île-de-France."

Maëlle Nizan, présidente de la Fage

à franceinfo

"C'est très compliqué pour eux de se projeter alors même que ces jobs étudiants sont nécessaires pour eux, de façon à pouvoir envisager une rentrée étudiante l'année prochaine", a-t-elle poursuivi.

Quant à l'héritage des Jeux olympiques, dont la ministre assure que "1 667 logements du village olympique et du village des médias", dont "1 300 en Seine-Saint-Denis", vont être reconvertis en logements étudiants, pour la Fage ce n'est pas suffisant. "Ce ne sont pas ces 1 600 logements qui vont venir compenser le retard qu'on a aujourd'hui", a expliqué la représentante de la première organisation étudiante. "On a environ un logement Crous pour 17 étudiants", a-t-elle pointé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.