Paris 2024 : comment la qualité de l'eau de la Seine est-elle surveillée pour la baignade ?

Pour contrôler la qualité de l’eau du fleuve, la ville de Paris s’appuie notamment sur un dispositif qui prélève et analyse l’eau du fleuve de manière automatisée. Reportage au pont Alexandre III, où se trouve une station d’analyse dernier cri permettant de contrôler quasi en temps réel la qualité de l’eau.
Article rédigé par France Info - Joachim Dauphin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des baigneurs dans la Seine lors de l'inauguration de la base nautique du Bras Marie (Paris, 4e arrondissement) le 9 juillet 2023 (BERTRAND GUAY / AFP)

Comment savoir si les athlètes pourront disputer dans un an en toute sécurité les épreuves des Jeux olmpiques de Paris 2024 dans la Seine ? Une partie de la réponse est accrochée à la coque d’une péniche. Le bateau est amarré à quelques mètres du Pont Alexandre III, là où dans un an plongeront les athlètes qui disputent les épreuves de triathlon, le paratriathlon et la natation en eau libre.

>> REPORTAGE. Paris 2024 : sur les quais de Seine, curiosité et interrogations autour de la répétition de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques

Le système repose sur deux discrets cylindres accrochés depuis le 1er juin 2023 sur le Flow, une péniche bar, restaurant et club. Le dispositif, que la plupart des fêtards des quais de Seine ne remarquent pas, s’appelle le " Système Alert ". Placé sur la coque de la péniche, à moitié immergé dans le fleuve, le dispositif prélève et analyse automatiquement chaque jour un échantillon d’eau de Seine.

Dan Angelescu est l’inventeur du système qu’il commercialise via sa société Fluidion. "Ce qui rend notre système unique, c’est que nous faisons une vraie mesure de la concentration de bactéries, explique le physicien devenu chef d'entreprise . "Nous mettons les bactéries en culture et nos mesures sont très proches de celles du laboratoire", précise-t-il.

Cette station d'analyse miniature surveille la qualité de l'eau de la Seine près du pont Alexandre III à Paris (Joachim Dauphin)

Mais l'énorme avantage du système inventé par Dan Angelescu en 2017, c’est de surveiller quasi en temps réel si l’eau est propice à la baignade ou non. "Ce qui fait la particularité de ce système, c’est qu’il est connecté. Depuis un téléphone portable on peut envoyer les commandes et on reçoit les données sur une plateforme web. Cela permet de lancer une mesure depuis le bureau et d’avoir le résultat quelques heures plus tard."

Contrôler le niveau de bactéries fécales dans l’eau 

Concrètement, le système envoie une alerte quand le niveau de bactéries fécales dans l’eau dépasse le seuil limite fixé par la directive européenne baignade. C’est arrivé plusieurs fois depuis le 1er juin 2023, après plusieurs épisodes de fortes pluies sur Paris. "Les égouts débordent en cas d’orage actuellement. Par ce temps, toutes les bactéries arrivent dans la Seine. On mesure alors des pics de pollution forts. Mais on peut voir très rapidement quand la qualité de l’eau s'améliore", explique M. Angelescu.

À part ces quelques épisodes de pollution, les mesures fournies par Fluidion et les autres dispositifs d'analyses de l'eau permettent à la mairie de Paris de se féliciter de la qualité de l’eau de Seine. "80% des relevés depuis le 1er juin nous montrent que la qualité de l’eau est satisfaisante ou excellente, mais ça va encore s’améliorer quand le bassin d’Austerlitz sera terminé, explique Pierre Rabadan, adjoint à la Mairie de Paris en charge du sport, des Jeux olympiques et paralympiques.

Ce gigantesque bassin de récupération d’eau de pluie doit être inauguré début 2024. Les analyses permettront ensuite de voir si la baignade est possible même après un orage. D'ici là, si le temps le permet, deux épreuves test vont se dérouler au mois d'août 2023. Objectif : montrer que la Seine est quasiment prête à accueillir les JO de Paris 2024.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Actualité Paris 2024

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.