Cet article date de plus d'un an.

Le Kremlin annonce vouloir "défendre les intérêts" de ses athlètes "de toutes les manières possibles"

Au lendemain des recommandations du CIO sur la réintégration des athlètes russes et biélorusses, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a annoncé l'intention du pouvoir russe de poursuivre les discussions avec le CIO pour favoriser leur retour sur la scène internationale.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le Kremlin à Moscou, le 19 mai 2019. (LORENZO DI COLA / AFP)

L'annonce du Comité international olympique (CIO) de recommander la réintégration des athlètes russes et biélorusses sous certaines conditions, mardi 28 mars, a entraîné diverses réactions dans le monde. Mais aussi du Kremlin, qui, par la voix de son porte-parole, a annoncé, mercredi 29 mars, son intention de poursuivre ses efforts pour que le retour des sportifs russes soit le plus large possible. 

Dmitri Peskov, porte parole du gouvernement russe, a ainsi déclaré : "Nous continuerons à défendre les intérêts de nos athlètes de toutes les manières possibles et poursuivrons les contacts avec le CIO pour protéger (leurs) intérêts". Cette déclaration intervient alors que le Comité olympique russe avait jugé les conditions de retour, imposées par le CIO, "inacceptables" et "discriminatoires". "Les principes du CIO et de l'ONU sont bafoués", avait déploré mardi lors d'une conférence de presse son président, Stanislav Pozdniakov, qui a exigé "des conditions égales pour les athlètes de tous les pays".

Pour le CIO, les athlètes russes et biélorusses ne pourront réintégrer les tournois internationaux qu'après validation des fédérations concernées, uniquement sous bannière neutre, "à titre individuel" (et donc pas par équipes) et en respectant les réglementations antidopage internationales. Il faut aussi qu'ils n'aient pas soutenu "activement" le conflit en Ukraine et ne soient pas actuellement "sous contrat" avec l'armée ou les organes de sécurité russes. En revanche, l'instance n'a pas tranché quant à leur participation aux Jeux olympiques de Paris, en 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.