Paris 2024 : la Seine reste trop polluée pour accueillir des épreuves, à près d'un mois du début des Jeux

Après la publication de nouveaux résultats sur la qualité de l'eau, le suspense demeure sur la tenue des épreuves de triathlon et de natation marathon, prévues à partir du 30 juillet.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des sauveteurs surveillent une répétition de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, le 17 juin 2024, au bord de la Seine. (NICOLAS RONGIER / HANS LUCAS / AFP)

La Seine n'a pas encore atteint les minimas pour participer aux Jeux olympiques. A un mois et demi du début des JO, le fleuve qui traverse la capitale reste trop pollué pour y autoriser les épreuves de triathlon et de natation en eau libre (ou natation marathon), selon des résultats d'analyses publiés vendredi 21 juin. "Il n'y a pas de doute sur le fait que la qualité de l'eau d'aujourd'hui n'est pas au rendez-vous", a reconnu le préfet de région Marc Guillaume, tout en se disant "confiant" sur la tenue des compétitions prévues à compter du 30 juillet. 

"La météo étant ce qu'elle est, à date, les prélèvements dans la Seine ne correspondent pas aux standards que nous aurons cet été, a-t-il affirmé. A un moment ou à un autre, la météo va évoluer, il va bien arrêter de pleuvoir et on va avoir du soleil. (…) C'est dans des conditions d'été qu'on doit pouvoir examiner la baignabilité." 

Selon le bulletin hebdomadaire publié par la mairie de Paris et la préfecture d'Île-de-France, la mauvaise météo en France ces derniers jours explique des concentrations largement supérieures aux normes des deux bactéries fécales pour autoriser des compétitions dans le fleuve.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.