Paris 2024 : une campagne de désinformation liée à l'Azerbaïdjan a ciblé les Jeux olympiques, selon un rapport

L'investigation de Viginum, l'organisme de lutte contre les ingérences numériques étrangères, a été menée dans un contexte de tensions diplomatiques entre Paris et Bakou.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les anneaux olympiques s'affichent devant la mairie de Paris, le 4 août 2023. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Plus de 1 600 publications négatives en 24 heures. Un rapport de Viginum, l'organisme de lutte contre les ingérences numériques étrangères, a accusé, lundi 13 novembre, des acteurs liés à l'Azerbaïdjan d'avoir mené une campagne de manipulation contre la France. Le procédé a porté atteinte à la réputation de l'Hexagone dans sa capacité à accueillir les Jeux olympiques de 2024, selon cet organisme dépendant de la Première ministre. 

Les investigations ont démarré le 26 juillet dernier lorsque "plusieurs visuels appelant à boycotter les JO-24" massivement partagés sur X (anciennement Twitter) ont été détectés, d'après le rapport.

Tensions diplomatiques 

L'enquête a été menée dans un contexte de tensions diplomatiques entre Paris et Bakou. La France s'est impliquée ces derniers mois dans la médiation entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, deux anciennes républiques soviétiques en conflit depuis trente ans. La France a en outre affiché son soutien à l'Arménie qui redoute une violation de son intégrité territoriale par l'Azerbaïdjan, une prise de position qui lui a valu des critiques acerbes du président azerbaïdjanais, Ilham Aliev.

"Mettant en scène des images d'émeutes ou de la ville de Paris, ces publications faisaient également figurer sur chaque contenu le logo des JO, trois comptes X officiels des JOP-24 et deux hashtags #PARIS2024 et #BOYCOTTPARIS2024", détaille Viginum dans son rapport.

Les 26 et 27 juillet, plus de 1 600 publications accompagnées de ces visuels ou des hashtags ont été publiées sur la plateforme. Quelque 91 comptes semblent être à l'origine de ces publications "laissant suggérer une amplification artificielle", selon Viginum. Certains d'entre eux présentent "des caractéristiques inauthentiques tant en matière d'activité que de critères de profil", est-il précisé. Viginum a notamment déterminé que 40 d'entre eux ont été créés au cours du mois de juillet 2023 et ont publié "uniquement des contenus appelant à boycotter" les Jeux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.