JO 2021 : régulier et victorieux, le judo français a encore été au rendez-vous des Jeux

Avec huit médailles glanées, le judo a encore assuré de nombreuses breloques à la France lors de ces Jeux. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les judokas français ont été sacrés champions olympiques de la toute première épreuve par équipes mixtes à Tokyo, le 31 juillet 2021. (ATSUSHI TAKETAZU /  AFP)

Emmené par Teddy Riner, le judo français s'est plus que bien porté à Tokyo. Sur les tatamis du pays du judo, les Tricolores ont réalisé des performances jamais atteintes (huit médailles glanées dont sept en individuel, un record), concluant leur tournoi olympique d'un titre dans la toute nouvelle épreuve par équipes mixtes

Des têtes d'affiche aux rendez-vous

On les attendait, ils n'ont pas déçu. Teddy Riner et Clarisse Agbégnégou ont porté cette équipe de France, dont ils faisaient office de capitaine. Agbégnénou, en plus de son rôle de porte-drapeau partagé cette année avec le gymnaste Samir Aït Saïd, a été la première à faire résonner la Marseillaise dans ces Jeux.

La quintuple championne du monde et d'Europe des -63 kg l'avait toujours dit : son objectif à Tokyo, c'était l'or olympique, le seul titre qui manquait à sa riche carrière. La gendarme l'a d'ailleurs remporté de la plus belle des manières, en s'imposant en finale face à sa rivale la Slovène, Tina Trstenjak, championne olympique en titre, qui l'avait battue à Rio. A elle seule, la judokate de 28 ans a remporté la moitié des médailles d'or glanées par la France pour le moment (deux sur quatre). Du jamais vu.

Mission accomplie pour Clarisse Agbegnenou : enfin une médaille d’or aux Jeux Olympiques ! Une championne en quête de revanche depuis Rio, elle ne pensait qu’à ce moment… À 28 ans, elle rentre en beauté dans l’histoire.

Contrat également rempli pour Teddy Riner. Malgré deux années semées d'embuches et une préparation tronquée par une blessure au genou, le Guadeloupéen a empoché le bronze dans sa catégorie des +100 kg.

Déçu de sa performance, alors qu'il visait un troisième sacre olympique consécutif pour égaler le Japonais Tadahiro Nomura, le Français est malgré tout entré dans la légende, en devenant le judoka le plus médaillé des Jeux chez les hommes - un palmarès qu'il a agrandi dès le lendemain, en remportant l'or olympique par équipes mixtes. 

Des résultats parmi toutes les générations

Ce qui fait notamment la force de cette équipe de judokas français, c'est son homogénéité. Dans toutes les catégories de poids bien sûr, mais également en termes de générations.

De la jeune Romane Dicko (21 ans, médaillée de bronze en +78 kg) à l'expérimenté Axel Clerget (34 ans), en passant par Madeleine Malonga (27 ans, argent en -78kg), la palette d'âge des onze judokas qualifiés pour les Jeux était large. Une variété qui laisse penser que le judo français a encore de belles années devant lui, à trois ans des Jeux de Paris en 2024.

La consécration en équipes pour conclure

Les judokas français ont conclu les Jeux par la plus belle des performances. En s'imposant face aux Japonais en finale de l'épreuve par équipes mixtes, la France est devenue par la même occasion la première nation médaillée d'or des Jeux dans cette épreuve inédite.

Un véritable exploit, tant l'équipe du Japon faisait figure de grande favorite : invaincue depuis 2017 et combattant à domicile au Nippon Budokan, l'équipe alignait par ailleurs plusieurs combattants sacrés champions olympiques dans ces Jeux. Mais les Bleus ont déjoué tous les pronostics en s'imposant 4 à 1, grâce aux victoires d'Agbégnénou, de Clerget, de Riner et de Cysique.

Les Bleus obtiennent l'or à l'épreuve mixte de judo ! Ils s'imposent face à des Japonais pourtant à domicile. Retour sur ce parcours extraordinaire.

Un nouveau record

Ce titre olympique est venu couronner la superbe semaine du judo français. En remportant une huitième médaille, les judokas français ont battu le record de Barcelone, en 1992, et de Londres, en 2012 (lors desquels la discipline avait rapporté sept médailles).

Dans sa course aux médailles, la France peut remercier les tatamis : depuis 2004, le judo a toujours fait partie des quatre meilleurs pourvoyeurs de breloques françaises aux Jeux. Cela fait même trois éditions consécutives des JO que la discipline est dans les deux plus grands pourvoyeurs de récompenses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Judo aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.