Vidéo Paris 2024 : l'emplacement de la flamme olympique "sera extraordinaire", indique Emmanuel Grégoire

Publié
Article rédigé par
Radio France

À deux ans des Jeux olympiques, le premier adjoint à la mairie de Paris assure que la capitale "a accéléré pour pouvoir être au rendez-vous de l'organisation des JO".

Où sera installée la flamme olympique à Paris ? Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Maire de Paris, a levé un coin du voile jeudi 22 septembre au festival Demain le sport organisé par franceinfo, avec France Télévisions et L'Equipe, à la Maison de la Radio et de la Musique. C'est "un secret absolu", dit-il dans un sourire assurant que "ce sera extraordinaire". Sur des pistes quant à sa localisation précise, le premier adjoint d'Anne Hidalgo a botté en touche : "Vous imaginez bien où elle pourrait se trouver !"

VIDÉO >> "On a l'ambition de faire de ces Jeux des Jeux inédits", selon la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra

À deux ans des Jeux olympiques de Paris, les vastes travaux entrepris à Paris et aux alentours de la capitale se poursuivent, notamment la construction du village des athlètes à Saint-Denis. Pour sa part, la ville de Paris "a accéléré pour pouvoir être au rendez-vous de l'organisation des JO". Emmanuel Grégoire a aussi expliqué qu'il y aurait des travaux "après les Jeux". "Il y a toujours eu des travaux à Paris", reconnaît Emmanuel Grégoire. 

"Il y a des enjeux majeurs auxquels il faut répondre en matière de mobilité, en matière de rénovation thermique des bâtiments. La plupart des chantiers ne sont pas des chantiers de la Ville de Paris, mais du domaine privé."

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Maire de Paris

au festival Demain le Sport

Quel sera l'avenir de ces constructions olympiques ? Et notamment leurs usages, pour éviter qu'ils deviennent un poids financièrement ? "Ce sont des équipements pensés en héritage", assure Emmanuel Grégoire. "Toutes les infrastructures sont pensées en éphémère pour le côté le moins d'argent possible et pour être démontables parce qu'on n'en a plus besoin. Et celles qui sont construites sont pensées pour l'avenir", citant notamment l'Arena Porte de la Chapelle, la seule infrastructure construite à "Paris intra muros" qui deviendra l'écrin du club de basket de Paris et une salle de concerts dans un quartier qui a "besoin d'investissements et construit juste en face du futur grand campus universitaire", selon l'élu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.