Paris 2024 : le breakdance, de la rue aux Jeux olympiques

Publié
Paris 2024 : le breakdance, de la rue aux Jeux olympiques
France 2
Article rédigé par
G.Naboulet, M.Petitjean, E.Prigent, C.Vignal, F.Bazille, T.Simonet, J.Sarfati, M.Le Rue - France 2
France Télévisions

Les antennes de France Télévisions présentent, samedi 25 et dimanche 26 juin, de nouvelles disciplines des JO 2024. Parmi elles, le breakdance, une pratique issue du hip hop, qui deviendra dans deux ans pour la première fois une discipline officielle. 

Le breakdance, performance physique et artistique, fait toujours son petit effet dans les rues. L'esprit des pionniers est toujours présent, mais les pratiquants d'aujourd'hui s'imaginent désormais un destin olympique. "Ça permet de faire évoluer pas forcement la discipline, mais la vision que les gens ont de cette discipline", explique Aniss Orblin, fondateur du B-box crew. 

Une première dans l'histoire des Jeux Olympiques

Il y a 40 ans, la danse a d'abord éveillé la curiosité. De ses origines new-yorkaises (États-Unis) à son arrivée à Paris, la culture hip hop s'est d'abord invitée à la télévision. En août 2024, les danseurs, appelés B-boy et B-girl, s'affronteront sur la place de la Concorde (Paris), une grande première dans l'histoire des Jeux.

Les danseurs de l'équipe de France s'entraînent à Saint-Etienne (Loire). Damani Dembele, 19 ans et membre de l'équipe de France, compte déjà 15 ans de pratique à son actif. "J'ai vu à la télé des médailles olympiques comme Teddy Riner, Usain Bolt. (…) [Pour] tous les enfants, je pense, c'est un rêve d'enfant, de pouvoir décrocher une médaille aux Jeux Olympiques", confie-t-il. 

Des sponsors au staff médical, avec les Jeux, la fédération se structure. Sya Dembele, 14 ans et membre de l'équipe de France, entrevoit une carrière de sportif de haut niveau. Dans une école de danse à Paris, certains craignent toutefois de voir la compétition dénaturer leur passion. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.