JO 2024 : les ostéopathes au centre de la performance

écouter (3min)

Un staff pluridisciplinaire pour améliorer les performances des sportifs de haut niveau : c'est ce que les osthéopathes préconisent en vue des JO de Paris 2024.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Journée des ostéopathes de France le vendredi 13 mai. (Baptiste Izoulet Ostéopathes de France)

Ils veulent jouer un rôle pour permettre aux champions de tutoyer la très haute performance. Les 1 300 ostéopathes réunis au sein de l’association des ostéophates de France se réunissent en congrès vendredi prochain, 13 mai 2022, à Paris, avec la volonté de dresser un état des lieux de leur action depuis leur entrée dans le monde sportif lors de la coupe du monde 98 notamment.

Aujourd’hui, ils partagent les spécificités de leur métier avec les médecins et les kinés, sans pouvoir être considérés comme des professionnels de santé à part entière lorsqu’ils sont uniquement ostéopathes. Ils accèdent donc difficilement aux fédérations, aux clubs, lorsqu’ils n’y sont pas spécifiquement invités.


Délégué Rhône Alpes Auvergne d’Ostéopathes de France, Baptiste Izoulet milite pour que sa profession puisse plus facilement intégrer les cellules qui entourent les champions. Il défend ce qu’il appelle la médecine intégrative qui permet de réunir plusieurs spécialistes autour des sportifs.

"J'aime beaucoup ce terme de médecine intégrative pour encadrer l'athlète tout au long de sa carrière, pour aller de la prévention des blessures de manière à permettre au corps de trouver son équilibre, et il y a un autre point que j'aime aussi aborder, c'est l'après-carrière, puisque les traumatismes engendrés par le sport de haut niveau ont des répercussions pour la suite. La place de l'ostéopathe est aussi après la carrière de l'athlète."

Le docteur Jean-Marcel Ferret, médecin de l’équipe de France de football de 1993 à 2004, des entraîneurs de ski de bosses, des kinésithérapeutes, d’anciens athlètes vont échanger lors de ce congrès et partager leur expérience dans le but d’améliorer la prise en charge des champions.

"Pour qu'un athlète puisse performer, il faut que le corps et l'esprit soient le plus fluides possible, précise Baptiste Izoulet. Il peut y avoir un souci médical, kinésithérapeutique ou dentaire, tout ça doit être repéré, évoqué en équipe, traité et ensuite, il faut que l'athlète se sente bien avec le soin qui a été administré."

"Je pense qu'aujourd'hui on ne peut plus faire l'impasse sur un staff pluridisciplinaire puisque d'autres pays le font, et le font très bien avec la médecine intégrative. Pour être performant aujoud'hui il faut être accompagné. Et malheureusement toutes les fédérations n'ont pas un staff médical complet."

Baptiste Izoulet

à franceinfo

La constitution des équipes qui entourent les athlètes est un véritable enjeu pour les JO de Paris 2024 pour atteindre les objectifs les plus ambitieux possibles en terme de médailles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.