JO 2021 : le Japon perd deux stars, un exploit en escrime, Djokovic facile... Les cinq choses à retenir de la première journée

Les premiers titres olympiques ont été décernés ce samedi au terme de la première journée des Jeux de Tokyo. Voici les cinq choses à en retenir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Aron Szilagyi célèbre son troisième titre olympique en escrime, le samedi 24 juillet à Tokyo (FABRICE COFFRINI / AFP)

Au lendemain de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, les premières médailles ont été décernées, samedi 24 juillet. Des exploits ont marqué cette journée, notamment la première médaille pour le contingent français.

Une première médaille pour la France

Ce samedi, il fallait se tourner vers les tatamis et le judo pour ne pas rater la première médaille française de la quinzaine. Le bronze est venu récompenser l'exploit de Luka Mkheidze, le Français d'origine géorgienne, qui est parvenu à se hisser jusqu'en demi-finales avant de faire céder le Sud-Coréen Kim Won-jin lors du combat pour la troisième place.

Le premier titre olympique est chinois

La première médaille d'or des Jeux de Tokyo est à mettre à l'actif de la Chinoise Qian Yang. Cette dernière a remporté, au tir à la carabine à 10 mètres, le premier des 339 titres olympiques qui seront décernés pendant deux semaines. Yang a devancé la Russe Anastasiia Galashina (2e) et la Suisse Nina Christen (3e) pour remporter sa toute première breloque olympique, à tout juste 21 ans.

Médaillée d'or aux championnats d'Asie de tir à Doha en 2019, Yang a offert à son pays son premier sacre, lui qui avait fini à la 3e place au classement des médailles à Rio en 2016 avec 70 podiums, dont 26 titres. La Chine est déjà en tête avec 4 médailles, dont trois en or à l'issue de cette journée.

La Chinoise Qian Yang, première championne olympique des JO de Tokyo, le samedi 24 juillet (TAKUYA YOSHINO / YOMIURI)

Le Japon perd déjà deux de ses idoles

Le Japon, de son côté, a vécu une première journée mitigée. Le pays organisateur a remporté son premier titre olympique avec le sacre de Naohisa Takato en judo (-60kg). Mais il a également connu deux énormes déceptions, avec l'élimination de deux superstars au pays. La première déconvenue est venue de Daiya Seto (27 ans), triple champion du monde du 400 m 4 nages et vainqueur du bronze dans cette discipline à Rio en 2016. Le Japonais s'est fait griller la politesse dès les séries par le jeune français Léon Marchand (19 ans) et ne disputera pas la finale. La star japonaise aura cependant l'occasion de se rattraper lundi et mercredi, avec le 200 m papillon et le 200 m 4 nages.

L'histoire est encore plus déchirante pour Kohei Uchimura (32 ans), double vainqueur du concours général de gymnastique en 2012 et 2016 et médaillé d'or par équipes à Rio. Il a quitté les tapis tête basse, après avoir chuté lors des qualifications à la barre fixe, le seul agrès qu'il avait choisi de présenter. Pour Uchimura, sextuple champion du monde individuel, cet échec sonne très certainement le glas de sa carrière olympique.

Le Japonais Kohei Uchimura après avoir chuté à la barre fixe, le samedi 24 juillet (KUNIHIKO MIURA / YOMIURI)

Un triplé historique en escrime

Que seraient les Jeux olympiques sans des exploits retentissants ? Pour la première journée, il fallait regarder du côté de l'escrime pour assister à une performance historique. Le Hongrois Aron Szilagyi, 31 ans, a remporté son troisième titre olympique d'affilée. Jamais un homme n'avait réalisé cela, alors qu'une femme, l'Italienne Valentina Vezzali, y était parvenu au début du siècle (en 2000, 2004 et 2008). Le sabreur hongrois a battu Luigi Samele en finale et entre donc dans la légende de l'escrime. Neuf ans après son premier titre olympique acquis à Londres et cinq ans après celui remporté à Rio, Szilagyi continue d'étoffer un palmarès déjà long comme le bras.

Djokovic assure pour ses débuts

Cinq ans après Rio, Novak Djokovic est déjà assuré de faire mieux que lors des Jeux de 2016. Au Brésil, le Serbe s'était fait éliminer dès le premier tour par Juan Martin del Potro. Cette fois, le numéro 1 mondial n'a eu aucune pitié pour le Bolivien Hugo Dellien, 139e au classement ATP, qu'il a écrasé en 1h03 de jeu et deux sets (6-2, 6-2).

4e en 2012, médaillé de bronze en 2008, Djokovic est l'immense favori du tournoi de tennis des Jeux de Tokyo, en l'absence de Rafael Nadal, Roger Federer ou Dominic Thiem. Vainqueur depuis le début de l'année de l'Open d'Australie, de Roland-Garros et de Wimbledon, le Serbe, qui affrontera Jan-Lennard Struff au tour suivant, a faim de titres et notamment du "Golden Slam", soit remporter les quatre Grands Chelems sur une année civile en y ajoutant l'or olympique. Ce qui ne l'empêche pas de se détendre lorsqu'il rend visite aux gymnastes belges.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.