Paris 2024 : le casse-tête de Thierry Henry pour former l'équipe de France de football olympique

Le sélectionneur de l'équipe de France Espoirs éprouve toutes les peines du monde à former son équipe pour le rendez-vous olympique cet été. Le tirage au sort de la compétition a lieu ce mercredi.
Article rédigé par Julien Froment
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Thierry Henry, sélectionneur des espoirs lors d'un rassemblement en septembre 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Il a beau retourner le problème dans tous les sens, constituer sa liste de 18 joueurs pour Paris 2024, c'est comme faire rentrer des ronds dans des carrés. Alors que les équipes françaises de football connaîtront mercredi 20 mars (tirage au sort à 20h) leurs adversaires en poules pour le tournoi olympique (26 juillet-11 août), le sélectionneur des Bleus Thierry Henry, navigue à vue sur les joueurs qu'il pourra intégrer à sa sélection.

L'équipe de France olympique masculine doit être composée de joueurs âgés de moins de 23 ans, nés après le 1er janvier 2001. Trois joueurs nés avant cette date peuvent être inclus dans chaque effectif composé de 18 joueurs. L'ancien attaquant des Bleus rêvait, comme une partie des supporters, de voir Kylian Mbappé, Antoine Griezmann ou encore Olivier Giroud endosser le maillot des Bleus sur la période. Mais les contraintes sont nombreuses : ce tournoi n'étant pas inscrit au calendrier de la FIFA (la fédération internationale de football), les clubs n'ont aucune obligation de libérer leurs joueurs.

"Une chose est sûre, c'est qu'on n'est pas sûrs de pas mal de choses"

Récemment le Real Madrid, premier candidat pour attirer Kylian Mbappé - en partance du Paris Saint-Germain- a annoncé qu'il refusait de laisser ses joueurs y participer. "J'ai vu le mail [du Real Madrid]. Je m'en doutais ? Je ne me suis jamais arrêté aux premiers noms, a réagi Thierry Henry. On va essayer de voir ce qu'on peut faire. Mais à l'arrivée, la décision reste malheureusement au club. C'est difficile de 'bluffer' sans carte en mains."

La Fédération négocie avec les clubs français pour qu'ils cèdent leurs joueurs pour le tournoi. Des négociations qui vont plutôt dans le bon sens. En revanche, à l'image de la décision du Real Madrid, difficile d'obtenir les mêmes faveurs des équipes étrangères. Dans les prochaines semaines, Thierry Henry va donc aller à leur rencontre pour tenter de les persuader.

"Une chose est sûre, c'est qu'on n'est pas sûrs de pas mal de choses, concède le sélectionneur des Espoirs. C'est difficile vraiment de pouvoir préparer quelque chose quand tu n'as pas vraiment de certitudes." Le sélectionneur se projette sur les deux matches amicaux à venir contre la Côte d'Ivoire (22 mars) et les États-Unis (25 mars), tout en sachant que la liste de joueurs formée pour l'occasion, publiée dans L'Équipe, n'aura certainement rien à voir avec celle de juillet prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.